RMC Sport

Kolbe, l’électrochoc du Top 14

L’ailier du Stade Toulousain est la grande attraction de ces phases finales. Et peut être l’arme n°1 des Toulousains ce samedi face à La Rochelle en demi-finales du Top 14 (21h).

C’est la trouvaille. Depuis deux saisons, Cheslin Kolbe électrise les terrains du Top 14 et même ceux de la Coupe d’Europe. Et il enchante les supporters toulousains. Car cet ailier ou arrière de poche (1m71, 75 kilos) est devenu la terreur des défenses adverses. "Quand on le voit avec son gabarit on peut penser que ça va être compliqué pour lui et c’est le contraire qui arrive", s’amuse Thomas Ramos, arrière du Stade toulousain.

Les appuis incroyables et la vitesse de cet ancien joueur à 7, qui a également fait de l’athlétisme (cousin du champion olympique Wayne Van Niekerk, il a un record à 10"7 au 100 mètres), ont fait beaucoup de dégâts. Dix essais l’an passé toutes compétitions confondues, sept cette année, mais il a aussi et surtout permis à ses coéquipiers du Stade Toulousain de briller derrière lui. "Pour nous, c’est déjà compliqué à l’entraînement alors pour les adversaires, je n’imagine même pas", blague Ramos.

Car les statistiques de la Coupe d’Europe permettent de comprendre les performances de Kolbe: durant ses huit matchs, il a été le joueur qui a fait le plus de "franchissements" (17), qui a battu la plus de défenseurs (52, loin devant l’international argentin d’Exeter et futur Bordelais Cordero, 37) et a été le deuxième joueur le plus prolifique en terme de mètres parcourus (509m derrière l’ailier irlandais Stockdale, 517).

Mais ses actions resteront en mémoire, comme à Bath où il efface deux joueurs, dont le trois-quarts centre gallois Jamie Roberts dans un petit périmètre, avant de donner l’essai à Guitoune. Ou aux Wasps, où il marque un essai de 50 mètres en solo après avoir mis deux Anglais sur les fesses. "J’entends la foule faire un genre de "oooh" (sourire)… Ce sont des choses qui arrivent et évidemment, en tant que joueur ça m’excite !", sourit Kolbe dans une interview exclusive à RMC Sport.

Mola: "Il est déterminant dès lors qu'il a beaucoup de ballons dans les mains"

Kolbe est devenu incontournable. Au point de bousculer la hiérarchie chez les trois-quarts du Stade Toulousain, où il va prendre la place de Ramos à l’arrière et obliger le staff à faire glisser ce dernier, meilleur buteur de l’équipe et parmi les meilleurs réalisateurs du championnat, à l’ouverture. Car aux côtés de Médard et Huget, Kolbe s’exprime peut-être encore plus à l’arrière, où il a plus d’espace pour faire parler sa vitesse et sa science de l’évitement, qu’à l’aile. Mola semble le voir de cette manière puisqu’il a placé Kolbe à l’arrière sur huit des dix derniers matchs du Sud-Africain. "Il est déterminant dès l’instant qu’il a beaucoup de ballons dans les mains", explique Ugo Mola.

Ces performances à Toulouse lui ont aussi valu d’être appelé pour la première fois sous le maillot de l’Afrique du Sud l’an passé. Au pays des gros gabarits et du rugby frontal, lui, roi de l’équipe à 7 mais qui avait toujours été boudé par les sélectionneurs depuis des années, a connu son Graal. A l’automne dernier, il a participé à quatre matchs du Rugby Championship, avec notamment une victoire en Nouvelle-Zélande (où il marqué un essai sur interception) puis il a enchaîné avec la tournée d’automne pour glaner un total de sept sélections.

A un peu plus de trois mois de la Coupe du monde, Kolbe lorgne évidemment sur un voyage au Japon. Ses performances en phases finales, avec la demie samedi face à La Rochelle (21h) puis lors d’une éventuelle finale, seront scrutées par le sélectionneur Johan Erasmus.

Wilfried Templier