RMC Sport

Racing 92: Dulin et Nyanga plaident leur bonne foi après un contrôle anormal

Brice Dulin

Brice Dulin - AFP

Convoqué devant la commission médicale de la FFR pour un contrôle anormal à l’higénamine, contenu dans une boisson énergisante, Brice Dulin et Yannick Nyanga se défendent. Les deux joueurs du Racing 92 ne comprennent pas ce qui leur arrive.

Décidément, la saison du Racing 92 est bien compliquée. Après l’affaire des corticoïdes, l’imbroglio Goosen et des résultats décevants, le club francilien voit désormais deux de ses joueurs pris dans la tourmente. Il s’agit de Yannick Nyanga et Brice Dulin, convoqués devant la commission médicale de la FFR pour un contrôle anormal à l’higénamine, un produit contenu dans une boisson énergisante et qui n’est pas sur la liste des substances dopantes de l’AFLD. C’est ce même produit qu’avait pris Mamadou Sakho, suspendu puis finalement blanchi. Pour les deux Racingmen, meurtris, la situation est donc incompréhensible.

A lire aussi >> Champions Cup: la réaction d'orgueil du Racing 

« Le résultat n’est pas anormal puisque le produit en question, l’higénamine, n’est pas répertorié comme quelque chose d’interdit, s’étonne Dulin, contrôlé lors d’un rassemblement du XV de France en novembre dernier, dans le Midi Olympique. C’est un produit de « pré work out », de pré travail si vous préférez ; ça revient à prendre des cafés ou des vitamines en début de journée ! C’est un produit qui a été contrôlé et homologué par des personnes compétentes. La marque en fait même la pub avec des égéries du Top 14. Je ne l’ai pas pris débilement. Tous les voyants étaient au vert. Si aujourd’hui, je vais sur le site internet de l’AFLD et que je demande si le produit en question est interdit, le moteur de recherche me répond que je peux l’utiliser, que c’est légal ! Je ne comprends pas vraiment pas pourquoi on me reproche quelque chose. »

Dulin : « Ça me rend fou »

« Pendant la muscu, on nous a prévenus qu’il y avait contrôle, poursuit Dulin. J’avais envie de pisser (sic), je me suis retenu pour passer rapidement le contrôle. Si j’avais pissé pendant la muscu et après, il n’y aurait eu aucune trace dans le prélèvement. C’est ce qui est hallucinant. (…) Si on m’avait pris au pâté ou au Ricard, j’aurais compris. » L’arrière du Racing indique même que ce contrôle lui a coûté sa place en équipe de France pour le Tournoi des VI Nations. « Je me suis battu pour essayer d’y revenir, en équipe de France. Et quand t’y arrives, t’es rattrapé par une histoire à la con. Ça me rend fou », lâche-t-il.

Nyanga : « Me justifier de quelque chose qui n’existe pas !

Même son de cloche pour Nyanga, contrôlé le 8 octobre dernier après le derby contre le Stade Français. « Il y a une grosse incompréhension, estime le 3e ligne dans une interview au Parisien. Au milieu de tout ce qui se passe avec l’affaire des corticoïdes, ça parait fou. Je vais partir pour me justifier de quelque chose qui n’existe pas ! (…) Je vis ça comme une injustice. Il y a un ras-le-bol, ça c’est clair. Je ne veux pas faire le parano, mais à un moment ça fait beaucoup. Je ne souhaite ça à personne. » 

A lire aussi >> Racing 92: Labit et Travers vers la prolongation 

Alexandre Alain Rédacteur