RMC Sport

Stade Français: les joueurs votent la grève illimitée

Le projet de fusion avec le Racing ne passe pas au Stade Français. Les joueurs ont voté la grève illimitée ce mardi, au lendemain de l’annonce du rapprochement entre les deux rivaux.

Les joueurs du Stade Français en grève ! Au lendemain de l’annonce du projet de fusion du club parisien avec le Racing, Pascal Papé et ses coéquipiers ont voté pour la grève illimitée ce mardi.

Les joueurs étaient réunis depuis 15h avec les dirigeants de Provale, le syndicat des joueurs, dont Robins Tchale-Watchou, le président. Serge Simon, vice-président de la FFR et ancien patron de Provale, est arrivé à 16h45. La réunion s'est terminée vers 17h30 et Pascal Papé a annoncé la grève illimitée votée à "99%". 

"Nous trouvons cette situation intolérable, explique Pascal Papé. Nous sommes trahis, je crois que c’est le mot, par quelqu’un (Thomas Savare, ndlr) qui était, qu’on pensait être, vraiment de notre famille. On pensait pouvoir compter pour lui. Et finalement, il nous met sur le fait accompli. C’est très dur, surtout dans l’aspect moral."

Papé dénonce "la mort de 134 ans d'histoire du club"

Pascal Papé a dénoncé "l'absorption du Stade Français par le Racing 92", et a précisé que, faute d'avancée, les joueurs ne s'entraîneraient pas et ne joueraient pas à Castres samedi en Top 14.

Arrivé au club en 2007, Pascal Papé, qui compte 65 sélections au sein du XV de France, a dénoncé "la mort de 134 ans d'histoire du club". "Et ça, pour moi, c’est juste terrible, souffle le 2e ligne. On ne peut pas jouer avec l’histoire, c’est impossible." 

Ce mouvement de grève, qui constitue une première depuis l'instauration du professionnalisme en 1995, survient au lendemain de l'annonce surprise de la fusion entre le Stade Français et le Racing 92, par les deux présidents Thomas Savare et Jacky Lorenzetti.

Papé : "On est dans un autre monde"

"J’entendais des joueurs tout à l’heure dire que c’était un scénario de Groland, mais c’est complètement ça, déplore Pascal Papé. On est dans un autre monde. On est dans un monde que seules deux personnes veulent contrôler. Et je crois que ce n’est pas possible. En tout cas, pas dans notre sport, avec toutes les soi-disant valeurs que l’on véhicule. Je crois que ça, c’est juste impossible."

A voir aussi >> Projet de fusion: pendant ce temps, les joueurs du Stade Français s'entraînent... au foot