RMC Sport

Top 14: le nombre de billets pour Biarritz-Bayonne était bien supérieur à la jauge

Le procureur de la République de Bayonne a révélé ce mercredi que plus de 6.500 places avaient été vendues ou distribuées pour le derby basque de rugby Biarritz-Bayonne disputé le 12 juin au stade Aguilera. Les règles sanitaires face à la pandémie de Covid-19 n'autorisaient pourtant que 5.000 personnes.

Le 12 juin, le derby Biarritz-Bayonne comptant pour le barrage de promotion en Top 14 aurait dû se dérouler devant 5.000 spectateurs maximum au stade Aguilera, en vertu des règles sanitaires anti-coronavirus. Il s'avère que 6.582 billets ont été vendus ou distribués, ce qui confirme les premières impressions de dépassement manifeste de la jauge autorisée. D'autant que ce nombre n'inclut pas les "personnes accréditées", a fait savoir Jérôme Bourrier, le procureur de la République de Bayonne, cité par Sud-Ouest.

Ces premiers éléments ont pu être dévoilés mercredi à la suite de perquisitions dans l'enceinte sportive et d'auditions de salariés du Biarritz Olympique. Une enquête préliminaire avait été ouverte quelques jours après le déroulement de la rencontre, remportée aux tirs au but par Biarritz dans une ambiance survoltée (6-6 puis 6-5 aux tirs au but).

Le travail des enquêteurs, qui continue, porte non seulement sur le dépassement du nombre de spectateurs, mais aussi sur la vente d'alcool à emporter et l'envahissement de terrain sans respect des gestes barrières à l'issue du match. Éric Spitz, le préfet des Pyrénées-Atlantiques, avait alors déclaré qu'il étudiait "les sanctions administratives susceptibles d’être prises".

Aldigé assurait que 5.000 places avaient été vendues

Le Biarritz Olympique s'était défendu en déclarant avoir "mis en oeuvre tous les moyens à [sa] disposition" pour respecter les obligations sanitaires. Le club estimait qu'il n'y avait eu "aucune atteinte aux personnes, aucune atteinte aux biens, aucun trouble à l'ordre public constaté à l'occasion de ce merveilleux derby".

Jean-Baptiste Aldigé, président du BO, avait nié toute infraction au micro de BFMTV: "Selon les fichiers, on a effet vendu 5.000 places. Nous nous sommes arrêtés à 5.000 places. Pour ce qui est du contrôle du nombre de personnes sur place, on a eu un problème. On a réalisé ce matin que les bipettes sensées checker les billets sont tombées en panne en raison de l’état de vétusté du stade. (...) Avec les personnels techniques et la presse, j’imagine qu’il y avait peut-être un peu plus de 5.000. Mais rien dans les proportions que j’ai pu lire et entendre".

Il avait en outre jugé que l'envahissement de terrain avait été "un moment de joie partagé entre personnes vaccinées et/ou ayant présenté un test négatif à la Covid à l'entrée du stade". Il avait alors préféré retenir l'aspect "bénéfique pour tous" de cette "parenthèse heureuse dans une période anxiogène".

Président de la Ligue nationale de rugby, René Bouscatel estimait de son côté qu'il fallait "remettre les choses dans son contexte" à propos de ce match. "On attendra que l'enquête diligentée donne les éléments et nous verrons à ce moment-là. La Ligue prendra bien sûr ses responsabilités sur ce qui la concerne", avait-il ajouté.

https://twitter.com/julien_absalon Julien Absalon Journaliste RMC Sport