RMC Sport

Top 14: le Racing mate Montpellier et retrouvera Clermont en demie

-

- - -

Au terme d’un match intense et riche en rebondissements, le Racing a fini par dominer Montpellier (22-13) sur sa pelouse de l’Altrad Stadium. Un succès porté par un énorme Joe Rokocoko et qui lui offre le droit de défier Clermont, samedi prochain sur la pelouse du stade Vélodrome, qu'il avait éliminé à ce stade de la compétition la saison dernière. Et de continuer à défendre crânement son titre de champion sortant.

Le Racing 92 en mode champion

Une solidarité exemplaire, une défense agressive et compacte, seulement déchirée à la 19e minute de jeu et la réaction d’orgueil des Montpelliérains au premier essai des Racingmen. Le Racing a montré un visage conquérant, engagé, ce samedi en terre héraultaise. Un visage qu’on ne lui connaissait pas ou très peu ces derniers mois, depuis le titre de champion obtenu la saison dernière. Si le MHR a bien su s’accrocher pour revenir dans le match, notamment en début de seconde période, on a surtout vu l’équipe parisienne dans cette rencontre.

On l’a vu dominer territorialement, dominer dans le jeu et… dominer, hormis en mêlée, son adversaire direct dans les phases de conquêtes, notamment en touche, où les hommes de Laurent Travers ont constamment contesté leur adversaire. Non, le Racing, barragiste dans la douleur au terme de la saison régulière, n’est pas mort. Clermont, battu l'année dernière en demi-finales par ce même Racing (34-33 a.p), est prévenu.

A lire aussi: le film de la rencontre

Rokocoko, quel match !

On aurait pu citer Yannick Nyanga. Après tout, l’ancien joueur du Stade Toulousain a réalisé une énorme prestation, notamment en première période où après avoir vu la "terre promise" se refuser trois fois à lui (5e, 7e et 15e), notamment pour la dernière citée en raison d’un pied en touche, il a su mettre Teddy Thomas sur orbite (24e). Dan Carter également, au jeu toujours aussi juste mais son ratio au pied (3 pénalités réussies sur 6 réussies) le pénalise un peu. On chipote bien sûr.

Mais s’il faut sortir un nom du chapeau, c’est bien celui de Joe Rokocoko qui fera l’unanimité. On a vu l’ailier du Racing se démener aux quatre coins du pré, venir contrer, défendre, percuter, semer le trouble dans la défense adverse, bref afficher un volume de jeu tout simplement impressionnant. Le tout récompensé par un essai ô combien important, puisque celui de la gagne en fin de partie (76e). Et ce n’est que justice.

On n’a pas reconnu Montpellier

A lire aussi: Toulon domine l'épreuve de force face à Castres

On a assisté à un barrage spectaculaire, avec du jeu, du combat, de l’engagement et une météo, aussi, assez dévastatrice pour les organismes des acteurs présents sur la pelouse de l’Altrad Stadium. Pour cela, il fallait que les deux équipes y mettent du leur. C’est ce que le Racing et Montpellier ont fait ce samedi… avec une mention forcément spéciale pour le vainqueur parisien.

Si le MHR s’est accroché comme il a pu, s’agrippant au score notamment lorsqu’il a été en infériorité numérique (carton jaune de Steyn, 44e), il n’a pas vraiment eu les munitions pour renverser cette partie. Forcément, le poids des blessés a pesé (Fall, Mogg, Dumoulin…). Ce sont des Héraultais dépités et impuissants aux abords des 22 adverses qui ont fini la rencontre à 14 après l’exclusion de Jamie Du Plessis (80e).

Un match à haute intensité

Cette rencontre n’avait de barrage… que le nom. Car c’est bien un choc de phase finale, la vraie, que se sont livrés Racingmen et Montpelliérains samedi. Ajoutez à ce féroce combat une forte chaleur et évidemment, vous aurez compris que les changements ont été nombreux durant cette rencontre. Trois avant la demi-heure de jeu. Quatre en tout en première période. Un protocole commotion en fin de combat pour Catrakilis (74e). Mais à l’arrivée, un match plaisant. De quoi faire une superbe publicité aux demi-finales, le week-end prochain à Marseille.

Le tableau des demies

Vendredi : La Rochelle - Toulon, au stade Vélodrome, Marseille (21h00)
Samedi : Clermont - Racing, au stade Vélodrome, Marseille (18h00)

VIDEO - Labit : "On a été très fort mentalement"

A.D