RMC Sport

Top 14/Pro D2 : la FFR bloque les calendriers de la saison prochaine

Bernard Laporte, le président de la FFR

Bernard Laporte, le président de la FFR - AFP

Le projet des contrats fédéraux tend les relations au sein du rugby français. La FFR a rendu un avis défavorable à la proposition de la LNR concernant les calendriers du Top 14 et de Pro D2 pour la saison 2017-2018.

Le rugby français en plein bras de fer. Avec les contrats fédéraux au cœur du duel. La Fédération française, qui souhaite instaurer au plus vite ce nouveau système pour améliorer la compétitivité du XV de France, se heurte pour le moment à la Ligue nationale, réfractaire à l’idée de voir les joueurs tricolores du Top 14 se tourner davantage vers les Bleus.

Bernard Laporte, le nouveau président de la FFR, a donc en réponse bloqué les calendriers 2017-2018 de Top 14 et Pro D2 en rendant un avis défavorable ce lundi. Et la FFR conditionne leur validation à l’adoption du nouveau statut des internationaux. Cette histoire est partie pour durer…

A voir aussi >> Laporte : "Il faut que l’équipe de France redevienne notre priorité"

Les calendriers au comité directeur de la FFR après l’accord sur le statut

"Les projets de calendriers des compétitions professionnelles sont subordonnés au projet de réforme relatif au statut des joueurs français internationaux que porte la FFR, et qui vise à maintenir la priorité donnée à l’équipe de France et à son programme, indique la Fédération dans un communiqué. Par conséquent, ils ne peuvent être adoptés, afin de respecter l’intérêt supérieur du rugby français, avant que le projet relatif au statut des joueurs internationaux ne soit lui-même arrêté et adopté par la FFR et la LNR. En conséquence, la FFR pourra inscrire les projets de calendriers à l’ordre du jour d’une prochaine réunion de son Comité Directeur dès lors que les discussions entre la FFR et la LNR sur le statut des joueurs français internationaux auront abouti à un accord."

A voir aussi >> Italie-France: les Bleus ont enfin retrouvé le sourire (et ça fait plaisir à Novès)