RMC Sport

Top 14 : Toulouse cartonne, Clermont se rassure

Aurélien Rougerie et les Clermontois

Aurélien Rougerie et les Clermontois - ASM

Lors d’une 24e journée de Top 14 prolifique, le leader, Toulon, a assuré l’essentiel en dominant Castres (37-21). Clermont, son dauphin et son adversaire malheureux en finale de Champions Cup, s’est rassuré en allant s’imposer à Grenoble (37-17). Enfin le Stade Toulousain, irrésistible, a inscrit neuf essais contre Brive (67-12).

Toulon avec un petit goût d’inachevé

Une semaine après son sacre de Twickenham, le RTC a fait honneur à son statut de triple champion d’Europe en dominant Castres (37-21) à Mayol avec cinq essais contre trois en faveur du CO. L'équipe de Bernard Laporte peut toutefois nourrir quelques regrets puisqu’en encaissant deux essais dans les derniers instants de la partie, elle se voit priver du bonus offensif. Avec ce nouveau succès, Toulon reste en tête du Top 14 et peut sérieusement envisager une qualification directe pour les demi-finales. « Je retiens surtout les quatre points de la victoire, commente Bernard Laporte. Bien sûr qu’on aurait aimé prendre le point de bonus. On aurait dû le prendre. C’était une semaine compliqué parce qu’entre les sollicitations des uns et des autres, c’est toujours difficile après un titre européen. J’ai vu beaucoup de concentration, d’implication de la part des joueurs et ça m’a rassuré dès le début du match. »

Clermont se remet la tête à l’endroit

Une semaine après son échec en finale de Champions Cup face à Toulon, Clermont a renoué avec le succès en s’imposant largement sur la pelouse de Grenoble (37-17) au stade des Alpes. Les Auvergnats ont inscrit cinq essais et repartent d’Isère avec le point de bonus offensif. L’ASM reste à la 2e place du classement, une place provisoirement occupée par le Stade Toulousain.

Toulouse fait son festival

On n’arrête plus l’équipe de Guy Novès. Le Stade Toulousain, qui restait sur quatre succès de rang, s’est offert une 5e victoire consécutive en atomisant Brive (67-19) à Ernest-Wallon. Les Rouge et Noir ont réalisé un véritable festival offensif avec neuf essais, dont trois signés Yoann Huget et deux de Maxime Médard. Avant un déplacement à Grenoble, Toulouse, 3e, peut toujours rêver à une qualification directe pour les demi-finales.

Le LOU, deux pieds et quatre orteils en Pro D2

Le Top 14 est bientôt fini pour le LOU, qui n’a pu faire mieux que match nul sur sa pelouse face à La Rochelle (16-16). Le club rhodanien accuse un retard de 10 points sur le premier non relégable. A deux journées de la fin, il faut un miracle pour que les Lyonnais se maintiennent. Ils doivent en effet gagner leurs deux derniers matches avec un bonus offensif et compter sur un zéro pointé de Bayonne et de Castres. Quand on sait que le LOU n’a gagné aucun match depuis le 2 janvier et n’a marqué aucun bonus offensif dans la saison, on ne voit pas comment les Lyonnais pourraient éviter un retour en Pro D2.

UBB : une victoire comme cadeau d’adieu à Moga

Pour son dernier match au stade André-Moga, l’UBB n’a pas manqué sa sortie. Malgré une rencontre serrée durant laquelle Oyonnax a mené au tableau d’affichage, les joueurs de Raphaël Ibanez ont fait la différence en fin de match pour s’imposer (26-23). « On ne pouvait pas perdre ce match, ne serait-ce qu’en raison de la dimension historique de ce dernier match au stade André-Moga, commente, soulagé, le coach bordelais. Il y a beaucoup de respect pour les anciens joueurs. Une victoire était indispensable pour que la nouvelle génération soit dignement acceptée par les anciens. » Oyonnax, qui a inscrit un essai dans les ultimes secondes par Florian Denos, repart avec un bonus défensif presque inespéré. Montpellier peut y croire Le MHR a profité des maladresses des Bayonnais pour s’imposer (33-16) grâce notamment à trois essais de Géli (12e), Qera (71e) et Ebersohn (78e) et deux drops signés François Trinh-Duc. Avec ce précieux succès, Montpellier (8e), qui se déplacera sur la pelouse du Stade-Français la semaine prochaine, peut toujours rêver des barrages. « On se permet le droit de rêver, d’avoir une fin de saison très excitante, jubile Benoît Paillaugue, demi d’ouverture du MHR. Si on arrive à faire quelque chose de très bien à Paris, on aura un huitième de finale à domicile… (contre Clermont, ndlr)» L’Aviron Bayonnais, en revanche, reste scotché à sa très inconfortable 13e place.