RMC Sport

Top 14. UBB: Laurent Marti est "archi-contre" le "marquee player"

Laurent Marti, l’homme fort de Bordeaux-Bègles, est satisfait que le dispositif du "marquee player", joueur hors salary cap, n’ait pas été adopté par les présidents de Top 14. Il s’explique pour RMC Sport.

Laurent Marti, le dispositif du "marquee player" n’a pas été adopté par les présidents de Top 14 ce mercredi. Est-ce une déception?

Non, il s’est dit que j’étais pour, alors que je suis peut-être celui qui est le plus contre. Je fais partie des gens qui se sont levés contre cette mesure et qui ont été très actifs pour qu’elle ne passe pas.

Pourquoi?

Je suis contre cette mesure parce que nous avons déjà un salary cap brut de 11,3 millions d’euros, plus 200.000 euros par joueur inscrit sur la liste équipe de France. Pour certains, ça permet de monter à 13 millions d'euros brut. En cinq ans, nous sommes passés de 7,5 millions à 11,3 millions d’euros de salary cap, et pour quel résultat? Avec cette somme, vous avez de quoi vous payer de très bons joueurs. Il faut arrêter de nous faire croire... Pour moi, les stars, ça n’existe pas en rugby. Et tant mieux. La star, c’est celui qui joue bien au rugby, qui est efficace, qui fait du spectacle, une équipe qui fait lever les foules. Citez-moi une seule star qui remplit les stades de rugby en France? Même Dan Carter n’a pas rempli les tribunes en France. Il faut arrêter de nous faire croire n’importe quoi pour soigner les maux de certains présidents.

Beaucoup de présidents sont-ils finalement favorables à cette mesure?

Finalement, non. Ils n’étaient peut-être pas à la réunion. Mourad (Boudjellal) n’était pas là, Mohed (Altrad) non plus. Ce sont eux qui étaient le plus pour, mais ils n’étaient pas à la réunion.

Mourad Boudjellal, lui, voudrait retirer les joueurs formés au club du salary cap. Qu'en pensez-vous?

C’est une idée plus intéressante, car elle repose sur quelque chose de sain. Mais pourquoi augmenter le salary cap? En cinq ans, est-ce que le niveau des équipes s’est amélioré? Non. Vous payez plus cher les mêmes joueurs et de jeunes joueurs. L’afflux d’argent nous fait perdre nos valeurs, il faut donc arrêter! On n’a pas l’économie du foot et on ne veut pas être le foot. Ce qui remplit les tribunes, et nous sommes bien placés pour en parler à Bordeaux, c’est le spectacle, c’est d’essayer de dégager un esprit sain que s’approprie le public qui a envie de supporter son équipe.

Mais n’avez-vous pas peur que des joueurs comme Kieran Read ou Sam Whitelock signent au Japon ou en Angleterre, mais pas en France?

Et alors? Mais qu’est-ce que ça changerait pour le rugby français? On a eu plein de gros joueurs ces dernières années, et je n’ai rien vu changer. Avec un salary cap bien supérieur à celui de l’Angleterre (7,8 millions d’euros, plus deux joueurs hors salary cap), je me demanderais bien pourquoi ils iraient en Angleterre. Je ne dirais pas ça si nous avions un salary cap inférieur aux Anglais, c’est loin d’être le cas. Les gros joueurs étrangers apportent quelque chose, mais pas à n’importe quel prix. Ils vont aussi comprendre qu’ils vont signer en France pour 700 ou 800.000 euros, et pas pour 1,5 million d’euros. Si vous ouvrez les vannes, ils vont en profiter. C’est pour ça que je suis archi-contre.

Jean-François Paturaud