RMC Sport

Toulon: l’énorme coup de gueule de Boudjellal sur Savea et ses joueurs

Au lendemain de la défaite à Agen (19-10), le président du RCT Mourad Boudjellal est particulièrement en colère contre ses joueurs, et notamment Julian Savea. Avec des mots durs, il s’explique pour RMC Sport.

On a déjà vu ou entendu Mourad Boudjellal en colère. Rarement à ce point. Le président varois n’a vraiment pas apprécié la défaite de son équipe à Agen (19-10) samedi soir. Toulon est désormais 11e à 14 points de la 6eme place qualificative pour les phases finales. Le président du RCT est remonté, le mot est faible, et le fait savoir à RMC Sport. Certaines prestations individuelles l’ont rendu fou de rage. "Certains joueurs sont moyens car ils ont envie de partir et d’autres car ils ont un chèque à prendre, et ils ne peuvent pas trouver un meilleur chèque ailleurs. Beaucoup vont être libérés." Dans le viseur de Mourad Boudjellal, le Néo-Zélandais Julian Savea, décevant depuis son arrivée l’été dernier. Aligné à l'aile samedi, l’ancien All Black (28 ans, 54 sélections) est passé au travers.

"C'est "Savéapas""

"Je vais demander un test ADN, lance le président varois, actuellement à l'étranger. Ce n’est pas Savea qu’on a recruté mais "Savéapas". Ils ont dû le changer dans l’avion. Si j’étais lui, je m’excuserais et je rentrerais au pays. Quand on arrive à ce niveau de jeu, il faut s’excuser et partir. Ce n’est peut-être qu’une question d’amour propre. Est-ce que c’est moi qui nourris ma famille ou est-ce que c’est le club ? Pour Savea, c’est nous… Je lui ai dit qu’il était libéré et qu’il n’était plus le bienvenu à Toulon ! Il lui reste un contrat d’un an. Il peut faire ce qu’il veut. Ça peut être long pour le club un an mais surtout très long pour le joueur… Pour moi, il est libéré. Son frère jumeau lui ressemble beaucoup… On aura au moins appris que certaines ressemblances physiques sont vraiment frappantes… Il s’est fait reprendre à la course par un mec qui doit gagner à l’année ce que Savea gagne à la semaine (Masilevu)… Parfois, certains viennent pour de mauvaises raisons… "

Boudjellal ne s’arrête pas là et tacle d’autres joueurs, dont son jeune demi d’ouverture international Anthony Belleau (22 ans, 10 sélections). "Il a attrapé le virus de l’équipe de France, selon son président. Ils ne savent plus jouer. Et je comprends pourquoi il n’est pas titulaire en équipe de France vu son niveau actuel…" Le demi de mêlée gallois Rhys Webb, qui tenterait de rentrer au pays auprès de sa famille selon le patron du RCT, pourrait lui aussi avoir du souci à se faire dans les semaines à venir.

"Je préfère aller au Cirque Pinder"

"Comment peut-on accepter qu’Agen ait plus envie que nous hier (samedi), s’interroge Boudjellal. Cette équipe de Toulon a fait beaucoup de mal au club. Et si les joueurs mettaient autant d’envie sur le terrain qu’à négocier leurs contrats, on serait champions d’Europe ! Je peux garantir que les joueurs vont transpirer. On va faire aussi tous les déplacements en bus. Et ceux à qui ça ne plait, ils ne viendront pas. On n’est pas sûr de me revoir au stade d’ici la fin de saison, je préfère aller au Cirque Pinder ! Et je vais changer le "Hell’s Bells" (du groupe ACDC) à l’entrée des joueurs par "Je suis Bidon" d’Alain Souchon !"

Reste enfin le cas de François Trinh-Duc. Aligné au centre toute la partie et auteur d’un essai, l’international aux 66 sélections quittera le RCT en fin de saison pour le Racing 92. Le club francilien, qui a par ailleurs trouvé un accord avec Dan Carter selon nos informations, étudie par ailleurs la possibilité de recruter Trinh-Duc dès les semaines à venir afin de pallier la fin de carrière de Pat Lambie. "On n’a pas eu de demande ni de proposition du Racing, nous a-t-il indiqué. S’ils en font une, on la regardera. Il n’y a pas eu de discussions. Sa libération est-elle possible ? Vu ce que l’on a joué dans la saison… Mais faudra d’abord que j’en parle avec Patrice Collazo."

Par Jean-François Paturaud