RMC Sport

Tuisova, la pluie… : les tops et flops de Toulon-Castres

Au terme d’un match insipide, aussi bien au niveau du jeu que dans l’intensité, Toulon l’a emporté sous la pluie devant Castres (17-7). Le RCT, qui restait sur deux défaites consécutives à domicile, prend ses distances avec le Racing, tandis que le CO manque l’occasion de reprendre la 6e et dernière place de barragiste à Bordeaux-Bègles.

TOPS

L’essai de Tuisova

Tel Zorro, il a surgi dans la nuit toulonnaise. A la 38e minute exactement, Josua Tuisova a fait basculer le match du RCT dans le bon sens et a offert un semblant de bonheur au public de Mayol, autant transi par la pluie que par l’indigence du jeu affiché sous ses yeux dimanche soir. L’ailier fidjien, décalé en bout de ligne à droite, a mis à terre David Smith, puis a laissé Rory Kockott sur place avant de filer à l’essai. LE top de ce match, puisqu’il a permis, en grande partie, à Toulon de dominer Castres. Et aux spectateurs de ne pas totalement sombrer dans les bras de Morphée.

La réaction de Toulon…

Elle était attendue, surtout après deux revers consécutifs (Clermont et Toulouse) à la maison. Moins dominateur cette saison, moins fringant aussi depuis son élimination en Champions Cup, le RCT avait besoin de l’emporter. Notamment pour repousser la pression du Racing, à égalité de points avant la réception de Castres ce dimanche à Mayol.

… tout en patience

Toulon n’a pas régalé (Castres non plus, on y reviendra) dimanche soir. Mais il a fait preuve de sérieux pour mettre au pas, lentement mais sûrement, une équipe castraise accrocheuse défensivement. Outre l’essai de Tuisova, il aura fallu attendre l’heure de jeu pour revoir le RCT en terre promise, cette fois par l’intermédiaire de son double champion du monde All Black Ma’a Nonu (62e).

FLOPS

Le match tout court

OK, il manquait du monde à Toulon. Une bonne douzaine de joueurs pour être précis et pas du petit calibre (Habana, Halfpenny ou encore Giteau, forfait de dernière minute et remplacé au pied levé par Michalak). Ok, il pleuvait et il y avait du vent, ce qui a considérablement réduit le plan de jeu de Castres en première période. Mais tout cela n’explique pas tout. Dans un match à enjeux en vue des barrages du Top 14 pour les deux équipes, l’ensemble a clairement manqué de folie, d’audace. Donc de spectacle. Bref un match insipide, une mauvaise publicité pour le Top 14 et une rencontre à l’issue de laquelle on ne retiendra finalement qu’une seule chose : le résultat.

La maladresse toulonnaise

Toulon a gagné et consolidé sa troisième place. Tout n’est donc pas à jeter. Mais les hommes de Bernard Laporte avaient les moyens de faire mieux, à savoir aller marquer ce troisième essai, synonyme de bonus offensif et d’égalité au classement avec le 2e Montpellier. Il aurait fallu pour cela ne pas bafouiller son rugby à l’instant T. On pense à cet essai tout fait et sabordé par Fernandez-Lobbe lui-même, alors que Michalak avait merveilleusement mis son coéquipier sur orbite (50e). Mais aussi à cet en-avant malheureux de Tuisova, qui aurait pu inscrire un doublé déterminant pour la fin de saison de Toulon.

Le cadeau de Michalak

Si l’ancien Toulousain n’avait pas tenté ce petit coup de pied par-dessus directement dans les bras de… Grosso, à une minute de la sirène, Castres n’aurait pas inscrit le moindre point ce dimanche soir sur la pelouse de Mayol. Le CO peut donc dire merci à Michalak de lui avoir permis de sauver l’honneur. Car si le vent de face en première période a longtemps expliqué le manque d’initiatives des Castrais, ces derniers n’ont jamais réellement proposé autre chose. On attendait mieux d’une équipe qui restait sur une excellente série (trois succès consécutifs). Mieux que cet en-avant grossier, notamment, de Tulou (56e) sur un contre qui s’annonçait décisif pour les Tarnais. Deux fois à quatorze (Wihongi, 11e et Tichit, 53e), Castres n’avait pas les cannes en fin de match pour renverser la vapeur. Le petit cadeau de Michalak n’aura pas suffi : le CO reste 7e, à trois longueurs de Bordeaux-Bègles. Qui peut se frotter les mains.