RMC Sport

Un médecin du Top 14: "C’est open bar sur tous les traumatismes, il est urgent de régler ce problème"

Antoine Burban et Sergio Parisse (Stade Français)

Antoine Burban et Sergio Parisse (Stade Français) - AFP

Alors que la LRN a lancé un Grenelle de la santé des joueurs de rugby, Alexis Savigny, médecin du Stade Français depuis 18 ans, plaide pour qu’on légifère sur les rucks.

En 20 ans, le rugby a bien changé. Le temps de jeu effectif moyen est passé de 20 à 40 minutes pour les joueurs. Leur poids a augmenté de 10% et leur vitesse s’est aussi accrue. Chez les pros, entre 2012 et 2017, on a constaté une hausse de 35% des commotions cérébrales. Et il y a cinq ans, on comptait 189 sorties de terrain définitives en une saison. Lors du dernier exercice, il y en a eu 265.

En début de semaine, la LNR a lancé un Grenelle de la santé des joueurs, pour évoquer les questions sur la pratique du rugby et la gestion des blessures. Alexis Savigny, médecin du Stade Français depuis 18 ans, est bien placé pour constater la hausse des blessures. "J’ai entre 12 et 13 blessés par semaine (centre de formation et pros confondus)", confie-t-il au micro de RMC Sport. Le docteur Savigny est l’un des premiers en France à s’être attaqué au problèmes des commotions cérébrales.

Il réclame un suivi plus rigoureux des joueurs: "En Top 14 et en Pro D2, l'encadrement médical n'est pas le même dans tous les clubs. Il faut des gens à plein temps ou quasiment à plein temps, il faut de gros staffs médicaux et paramédicaux. Il faut que les rapports entre les staffs médicaux et les staffs sportifs soient meilleurs."

"Le rugby, c’est toucher les joueurs qui ont le ballon, pas les autres"

Alexis Savigny en appelle aux instances pour faire bouger les lignes : "Il faut que les travaux au niveau de la LNR et de la FFR aboutissent." Comme d’autres, le médecin plaide pour une légifération sur les rucks, car il voit trop de gestes violents qui ne sont jamais sanctionnés: "Ce n’est pas du tout le rugby tel qu’on l’a appris. Le rugby, c’est toucher les joueurs qui ont le ballon, pas les autres. Or, aujourd’hui, on voit que c’est open bar sur tous les traumatismes. Il est urgent de régler ce problème. Sur les rucks, il est grand temps de faire quelque chose."

A lire aussi >> Top 14: Pau fait chuter le LOU

A lire aussi >> Top 14: Bordeaux-Bègles et le Racing 92 réagissent, Montpellier caracole en tête

VIDEO >> Le best-of du Grand Week-End Sport du dimanche 10 septembre

N.B