RMC Sport

XV de France: Fini les étrangers chez les Bleus

Guy Novès

Guy Novès - AFP

Dans les colonnes du Midi Olympique, Guy Novès est revenu sur son entrevue de lundi dernier avec Serge Simon, bras droit du nouveau président de la FFR, Bernard Laporte. Le sélectionneur du XV de France se montre satisfait de cette rencontre et trouve logique la décision des nouveaux dirigeants d’interdire la sélection aux joueurs étrangers.

Voilà un premier chantier débuté, contre toute attente, avec de bonnes fondations. Alors que des rumeurs évoquaient le limogeage de Guy Novès dès l’arrivée de Bernard Laporte aux commandes du rugby français, la première réunion de travail entre le sélectionneur des Bleus et Serge Simon, bras droit du nouveau président de la FFR, s’est parfaitement déroulée.

A lire aussi >> la réunion entre Simon et Novès s’est « bien passée »

« Une main tendue »

Dans les colonnes de Midi Olympique de ce lundi, Novès qui avoue avoir été surpris dans un premier temps de ne pas s’entretenir avec Laporte a apprécié « la main tendue et l’envie d’avancer » du côté des nouveaux dirigeants.

« C’est cohérent »

L’ancien coach du Stade Toulousain, sous contrat jusqu’en 2018, valide ainsi notamment la volonté de Laporte et Simon de fermer la porte de la sélection aux joueurs ne disposant pas d’un passeport français : « Désormais, tous les joueurs qui ne sont pas ressortissants français ne pourront plus jouer en équipe de France. Tout simplement. Il faudra disposer du passeport français pour être sélectionné. Est-ce que cela me choque ? Absolument pas. Cela va de pair avec leur politique de formation. Cela va de pair avec leur volonté de limiter le nombre d’étrangers dans les clubs. C’est cohérent. Les joueurs sélectionnés jusqu’à aujourd’hui ne repartiront pas. Ils restent sélectionnables. Ils ont déjà porté le maillot de l’équipe de France. Ils restent éligibles. Scott Spedding, Virimi Vakatawa, Noa Nakaitaci et Uini Atonio sont pleinement intégrés dans le projet du XV de France. »

A lire aussi >> les chantiers de Bernard Laporte

A lire aussi >> Laporte-Novès, les liaisons dangereuses

JBi