RMC Sport

XV de France : Jaminet ressent "un sentiment incroyable" après l'exploit contre l’Australie

Une semaine après l’énorme désillusion en fin de match, Melvyn Jaminet a pris sa revanche face aux Wallabies ce mardi à Melbourne. L’arrière de Perpignan, auteur de 23 points et d’un sans-faute au pied, a été l’un des grands artisans de la victoire des Bleus (28-26). Un moment forcément particulier pour celui qui n’a encore jamais joué en Top 14.

Melvyn Jaminet, expliquez-nous comment vous avez pris le rôle de buteur pour ce deuxième test plutôt que Louis Carbonel ?

Lors du captain's run, lundi, les coachs nous ont pris à part avec Louis et ont pris l'initiative de me dire j'avais la responsabilité du but pour ce match. Ils voulaient laisser Louis dans son match pour tout ce qui concernait les dégagements durant la rencontre et moi qui prenait la responsabilité du but.

Une première victoire en Australie depuis 31 ans pour le XV de France et une grosse prestation individuelle, ça doit être une soirée mémorable…

Je suis bien sûr satisfait de ce match. La semaine dernière, la défaite a été très dure à encaisser. Toute la semaine, le staff nous a parlé d’un test de caractère. Je suis très content que toute l'équipe et moi-même aient répondu présent aujourd’hui.

A quel point, vous êtes-vous nourri des commentaires et des critiques nés du premier test ?
J'ai vu les commentaires. C'est normal. On perd sur cette action difficile à accepter. J’avais à cœur de répondre présent et je suis très content de la victoire.

Comment vous êtes-vous servi de cette défaite de la semaine dernière ?

J'étais très frustré de faire perdre l'équipe sur cette passe. L'équipe s'était envoyée pendant 83 minutes. Il y avait cette grosse frustration de faire perdre le match sur cette action. J'avais à cœur de répondre de montrer ce que je valais vraiment. Mais j'avais moins de pression que mercredi dernier. Je remercie surtout les coachs de m’avoir fait confiance.

Fier de partager avec les Français "à l'autre bout du monde"

Réalisez-vous ce qui vous arrive après un parcours atypique, sans le moindre match de Top 14 ?

C'est un sentiment incroyable. Tout est allé très vite ces dernières semaines. Je ne réalise pas encore mais je profite à fond de ces moments. On n'avait pas gagné ici depuis 31 ans et il y avait un peu de public français à l'autre bout du monde. Ça fait tellement plaisir de partager avec eux ces moments-là.

A quoi aviez-vous pensé la veille du match pour la remise des maillots au côté de Gavin Villière avec qui vous évoluiez en Fédérale 1 il n’y a pas si longtemps ?

C’est un sentiment partagé. On vient du même endroit, on sort de petits clubs, et aujourd'hui on est là, en équipe de France. On se rend compte du chemin parcouru.

Pensez-vous pouvoir disputer le dernier test dans seulement quatre jours ?

Bien sûr que j'ai envie. Tout est mis en place pour la récupération. Je me sens assez fatigué là mais on va faire le maximum. Après, si ce n'est pas moi, ceux qui joueront ce dernier test seront à 100 %, aucun doute là-dessus…

Jean-François Paturaud