RMC Sport

XV de France: "Serge Simon n’avait pas confiance en moi", regrette Novès

Dans une interview accordée au Parisien, Guy Novès, l’ex-sélectionneur du XV de France (2015-2017), évoque les grandes lignes de La tête haute, son autobiographie à paraître. Entre pressions et relations tendues avec la présidence de la Fédération, il donne sa version des faits sur ses années passées à la tête des Bleus.

"Quand l’équipe de France joue, certains moments frustrants resurgissent en moi". Trois ans après sa fin, l’aventure de Guy Novès avec XV de France garde pour lui un goût d’inachevé. Nommé en 2015 pour succéder à Philippe Saint-André après une Coupe du monde ratée, le Toulousain doit rapidement collaborer avec Serge Simon, intronisé vice-président de Bernard Laporte en 2016, et avec lequel il n’entretient pas de bonnes relations. "L’important, dans le travail, c’est la confiance. Serge Simon n’avait pas confiance en moi, je n’avais pas confiance en lui. Comment alors partir sur un travail commun?"

Guy Novès et Bernard Laporte
Guy Novès et Bernard Laporte © AFP

Guy Novès explique alors que Serge Simon s’est immiscé dans son travail de sélectionneur, quitte à lui mettre des bâtons dans les roues: "Avant la tournée en Afrique du Sud en 2017, il m’envoie une partie de mon équipe à Mayote, l’autre à la Réunion, alors qu’on est en pleine préparation." Cette tournée est un échec (trois défaites en autant de matches) et sonnera d’ailleurs le glas de l’ère Novès, d’après ses dires: "On nous a dit qu’il fallait gagner trois matches sur quatre test-matches. Serge Simon a eu le talent de nous conduire adroitement vers la sortie." Le sélectionneur est finalement limogé après un nul à domicile contre le Japon (23-23). "Je ne m’attendais pas à finir ma carrière sur de tels comportements. Est-ce que d’autres sélectionneurs avant moi ont subi une telle pression ? Je ne sais pas."

Un licenciement abusif?

Premier sélectionneur de l’histoire des Bleus à être licencié en cours de mandat, le Toulousain maintient que cette décision "historique" était injustifiée. Malgré un mauvais bilan (sept victoires, un nul, treize défaites), Guy Novès défend son travail: "Nous avons battu l’Irlande, failli battre les All Blacks, perdu d’un point contre l’Afrique du Sud, future championne du monde … Il y a eu des résultats qui ont compté." En 2019, le conseil de prud’hommes de Toulouse lui a donné raison, condamnant la FFR à lui verser plus d’un million d’euros de réparations.

Toutefois, Guy Novès l’assure, cet ouvrage n’est pas une façon de relancer le débat ou d’accuser : "Je ne veux pas régler mes comptes. Ce livre, c’est une façon de remercier ceux qui m’ont soutenu."

Guy Novès
Guy Novès © AFP
Florian Chambon