RMC Sport

Mort de Jean-Paul Belmondo: "Le plus bel ambassadeur de la boxe", selon Asloum

De passage dans l’émission Apolline Matin, sur RMC, le champion olympique de boxe Brahim Asloum a rendu un hommage appuyé à Jean-Paul Belmondo. L’acteur français, décédé à l’âge de 88 ans cette semaine, était un passionné du Noble Art.

Les hommages ne cessent d’affluer depuis la disparition de Jean-Paul Belmondo, passionné de sport, de boxe en particulier, qui a perdu l’un de ses plus illustres ambassadeurs. "Il est toujours le plus bel ambassadeur que la boxe française ait jamais eu. La boxe mondiale a eu Mohamed Ali, nous en France, on a eu Belmondo, qui nous a représenté de la plus belle des manières", a témoigné Brahim Asloum, champion olympique et WBA des mi-mouche, dans l’émission Apolline Matin, sur RMC.

"Il avait de l’admiration pour les boxeurs"

L’ancien boxeur français est revenu sur son amitié avec ce monstre du cinéma français, sportifréputé pour avoir réalisé lui-même ses cascades dans ses films. "Bebel était quelqu’un d’important pour ma carrière, il était d'ailleurs mon parrain pour les jeux olympiques, a rappelé Brahim Asloum. J’ai eu la chance de plus le connaître ensuite, d’avoir énormément de conseils de sa part, de bienveillance. Jean-Paul a été assez incroyable." Bebel aurait pu entamer une carrière dans la boxe, un sport qu’il a pratiqué dans ses jeunes années et qu’il n’a jamais cessé de suivre tout au long de sa vie, au plus près du ring.

Boxe et glamour

"Il venait au premier combat, il repartait après le dernier, a expliqué Brahim Asloum, toujours sur RMC. Il donnait de l’importance aux athlètes, il avait de l'admiration pour les boxeurs. Ce qui était incroyable, c’est que même après son AVC, alors qu’on pensait qu’il allait être de moins en moins présent aux réunions de boxe, à chaque fois qu’on le sollicitait, il venait. Il était assez incroyable. Il y avait 50, peut-être 100 personnes qui faisaient la queue pour le rencontrer à chaque réunion, et c'est lui qui écartait la sécurité pour laisser les gens prendre une photo. Il avait cette tendresse, ce regard de bienveillance avec tout le monde, qui marquent. C’est un homme fort qui a fait en sorte que la boxe continue d’avoir ce côté glamour. Lorsqu’on avait la chance d’avoir Jean-Paul au pied du ring, on savait qu’on allait être couvert par une certaine presse qui nous sortait du cadre du sport."

QM