RMC Sport

USA: le mouvement du "genou à terre" s’étend à la natation

Anthony Ervin

Anthony Ervin - AFP

Anthony Ervin, le champion olympique en titre du 50m nage libre, a posé un genou à terre lors de l'hymne américain en marge d'un meeting au Brésil. C'est la première fois qu'un nageur américain reprend le geste lancé en NFL pour lutter contre les injustices sociales aux Etats-Unis.

Anthony Ervin, champion olympique en titre du 50m nage libre, a participé au mouvement de boycott de l'hymne américain pour protester contre les discriminations raciales et les violences policières aux Etats-Unis en posant un genou à terre lors d'un meeting au Brésil. Selon le site internet spécialisé SwimSwam, le nageur de 35 ans a posé le genou droit à terre lorsque l'hymne américain a retenti après la victoire des Etats-Unis dans le relais 4x200 m mixte du meeting Raia Rapida à Rio.

>> "Lâche sans âme", "menteur pathologique", l'énorme charge de Popovich contre Trump

Ervin, dont le père, noir, est un ancien combattant de la guerre du Vietman, a fait lundi allusion sur son compte Twitter à son geste: "Ce que je veux, c'est sauver des vies et comprendre les inégalités", a-t-il écrit. Il est le premier sportif issu d'une discipline autre que le football américain, le basket, le baseball et le football, à participer à ce mouvement lancé en 2016 par l'ancien quarterback des San Francisco 49ers Colin Kaepernick.

Un mouvement qui exaspère Trump

Le mouvement a repris de la vigueur, en particulier parmi les joueurs de football américain de la NFL, après les critiques virulentes du président américain Donald Trump qui a présenté ce geste comme un manque de respect pour les Etats-Unis. "Si les fans de NFL refusent d'aller aux matches jusqu'à ce que les joueurs arrêtent de manquer de respect à notre drapeau et notre pays, vous verrez rapidement un changement. Virez ou suspendez!", avait notamment tweeté Trump.

>> Kaepernick s'estime "blacklisté" et lance une procédure contre la NFL

VIDEO: le style de Mourinho à Man Utd divise l'After

AFP