RMC Sport

Sécurité, filets… : les questions qui se posent après le décès de David Poisson

David Poisson est décédé ce lundi lors d'un entraînement à Nakiska, au Canada. Au lendemain de ce drame, plusieurs questions se posent quant aux conditions de sécurité mises en place lors de cette descente.

Comment s'est passée la chute ?

Les circonstances de la mort de David Poisson commencent à être plus claires. Après avoir perdu un ski lors d'une descente d'entraînement à Nakiska, au Canada, le Français a été victime d'une lourde chute, à plus de 100km/h. "Pas mal de bruits commencent à courir dans tous les sens, qui ne sont pas vérifiés, si ce n'est faux, déplore Michel Vion, le président de la Fédération française de ski, au micro de RMC Sport. On s'en tient à ce que l'on sait de sûr, c'est qu'il a perdu un ski, il a chuté lourdement, glissé, traversé les filets de protection et tapé un ou des arbres à proximité de la piste. Ce sont des choses qui ont été validées."

A lire aussi >> Ce que l'on sait sur les circonstances de la mort de David Poisson

Les filets étaient-ils bien placés ?

Disposés tout au long de la piste, les filets de sécurité doivent normalement amortir la chute des skieurs et les retenir. Deux types de filet existent: les A et les B. Les premiers mesurent jusqu'à 4 mètres, les seconds 2,5 mètres. Selon Michel Vion, interrogé par l'AFP, "il y avait au moins deux filets de type B" à l'endroit où Poisson a chuté. "La seule chose, c’est que les arbres sont très près des filets", a déploré un entraîneur français auprès du Parisien.

A lire aussi >> Sébastien Amiez: "David Poisson était adoré de tout le monde"

Qui gérait la sécurité de la piste ?

Lors des descentes d'entraînement, les règles sont clairement établies. A Nakiska, dont la piste est homologuée et a accueilli les JO de 1988 à Calgary, comme ailleurs, ce sont les stations qui sont en charge d'assurer la sécurité. La mise en place des filets est donc réalisée par les pisteurs de la station. Le tracé de la descente est en revanche réalisé par les équipes.

"Il y aura forcément des responsabilités à chercher, explique Michel Vion à RMC Sport. Ce n'est pas le maître-mot. C'est ce que j'ai dit aussi à la famille, on n'en est pas là pour l'instant. Il faut que l'enquête se fasse. On verra tout ça en fonction de l'enquête qui peut durer deux jours, quatre jours, trois semaines, cinq semaines, je ne sais pas."

Les secours sont-ils arrivés assez vite ?

Si la Fédération internationale de ski n'a pas encore communiqué sur les circonstances de ce drame, préférant avoir tous les détails à sa disposition, l'AFP indique que le médecin de l'équipe de l'équipe de France est intervenu très rapidement, accompagné d'un collègue suisse. Mais David Poisson est mort sur le coup.

A lire aussi >> Michel Vion, président de la FFS: "David Poisson était un exemple"

AA avec EJ