RMC Sport

Sölden : une rentrée prometteuse pour Pinturault

Alexis Pinturault

Alexis Pinturault - AFP

Alexis Pinturault a pris la troisième place du géant de Sölden, ce dimanche, en ouverture de la saison de Coupe du monde. Un résultat encourageant pour le Français de 23 ans, qui a changé d’équipementier durant l’intersaison.

Il attendait avec impatience ce rendez-vous. Comme un révélateur. En débarquant à Sölden, Alexis Pinturault était surtout en quête de certitudes. Et il les a trouvées sur la neige de l’immense station autrichienne. Auteur d’une très belle deuxième manche, le Français a pris la troisième place du premier géant de la saison, en ouverture de la Coupe du monde. De quoi le rassurer sur son état de forme après un été marqué par passage de Salomon à Head.

« C’est difficile pour moi parce que j’arrive avec un nouvel équipementier, a confié le skieur de Courchevel sur RMC. Je suis très content du matériel, mais je n’avais jamais skié sur ce genre de neige. C’était une découverte. Je n’étais pas hyper satisfait de ma première manche. J’ai commis quelques fautes. Je pense que j’étais capable de skier à un meilleur niveau. Je l’ai fait dans la deuxième manche. C’est toujours sympa de commencer par un podium. Je ne dirais pas que ça rassure, parce que je pense connaître mon niveau. Mais ça fait toujours du bien. C’est une belle manière de commencer, ça libère la tête pour la suite ».

Amiez : « Une bonne prise de confiance »

Sur les pentes du Tyrol, Pinturault a également pu mesurer l’écart qui le sépare encore de Marcel Hirscher, vainqueur impérial devant son public. « Il a été impressionnant sur cette journée, reconnait le Savoyard, relégué à 2’’06. On verra durant l’hiver s’il a vraiment passé un cap supérieur. Mais c’est sûr qu’il a attaqué très fort pour ce premier géant. » Troisième du général la saison passée, « Pintu » rêve maintenant de décrocher le gros globe et de renverser l’intouchable Hirscher dans quelques mois. Sa polyvalence peut le lui permettre. Mais le médaillé de bronze des JO de Sotchi (en géant) préfère avancer masqué.

« L’hiver est long, il ne faut pas l’oublier, rappelle-t-il. Ce n’est que la première course. Je vais en faire une trentaine cette saison. Il en reste encore beaucoup. J’y vais course par course. Je pense que c’est comme ça qu’il faut skier. » En capitalisant sur cette première sortie fructueuse. « Maintenant, il sait où il en est, observe Sébastien Amiez, membre de la Dream Team RMC Sport. Il a pris ses repères lors de la première manche. Il a beaucoup mieux skié dans la seconde. C’est une troisième place aujourd’hui, même s’il y a un peu d’écart avec Hirscher. C’est une bonne mise en action pour lui et une bonne prise de confiance pour la suite. »