RMC Sport

Une skieuse française s'alarme du réchauffement climatique, les organisateurs tentent de s'adapter

Fonte des glaciers, neige moins abondante... Le réchauffement climatique impacte les compétitions de ski alpin. Les organisateurs s'adaptent.

Témoin direct du réchauffement climatique avec la fonte des glaciers et une neige en moyenne moins abondante, le monde du ski essaie de garantir la tenue des compétitions pour perdurer.

À l'entraînement sur le glacier de Tignes à 3.100 m d'altitude, la skieuse internationale française Anne-Sophie Barthet a poussé jeudi un cri du coeur en postant un poème sur les réseaux sociaux accompagné d'une photo où la neige est quasiment absente. "Un glacier, est-ce que c'était blanc? Et le ski sur la neige, c'était comment?", écrit-elle notamment en se projetant dans le futur.

"On n'a pas l'impression que [le ski] est un sport d'avenir. On a l'impression de voir les vestiges de ce qu'était un glacier avant. On est les premiers à assister en "direct live" aux conséquences du réchauffement climatique et on se sent impuissants. Sur l'échelle de ma carrière, entre le moment où j'ai commencé à m'entraîner ici à 12 ans et aujourd'hui à 30 ans, le glacier est méconnaissable", constate-t-elle, précisant qu'elle ne se veut pas "alarmiste" mais soulève "un problème de fond".

Skier en haute altitude, la solution de secours

Et pourtant, skier en haute altitude sur les glaciers constitue déjà une réponse au manque d'enneigement, pour permettre aux champions de s'entraîner avant l'hiver et de commencer les compétitions dès octobre. La première course de Coupe du monde est ainsi programmée samedi à Sölden (Autriche) sur le glacier du Rettenbach (3.000 m).

Des températures bien plus élevées que la moyenne depuis le début du mois ont obligé les organisateurs à préparer la piste avec de la neige stockée depuis l'hiver dernier. Le stockage est l'une des deux réponses au manque d'enneigement avec les canons à neige artificielle selon Vincent Jay, directeur du Club des sports de Val d'Isère, organisateur de deux manches de la Coupe du monde (8-9 puis 14-16 décembre).

"Je ne peux pas imaginer le ski complètement disparaître"

Pour le directeur des courses féminines de la Fédération internationale de ski (FIS) Atle Skaardal, "le réchauffement climatique n'est pas encore un sujet majeur dans nos réflexions sur le calendrier (des épreuves de Coupe du monde, ndlr). Mais c'est un sujet qui va devenir de plus en plus important parce que nous observons bien la tendance d'un hiver de plus en plus tardif dans certains endroits du monde". Il estime par exemple que la Scandinavie serait capable d'accueillir des courses jusqu'à mi ou fin-mars.

"Les sports de neige seront peut-être différents dans 50 ou dans 100 ans. Je pense que tellement de personnes aiment le ski que des solutions vont être trouvées. Je ne sais pas exactement lesquelles mais je ne peux pas imaginer le ski complètement disparaître."

la rédaction avec l'AFP