RMC Sport

Boxe: bousculé et blessé, Fury s'en sort face à Wallin

Opposé au Suédois Otto Wallin, Tyson Fury a mis plusieurs rounds avant de maîtriser son combat. Malgré une vilaine coupure à l’arcade, le Britannique a fini par l’emporter sur décision unanime et reste invaincu en 30 combats avant une revanche tant attendue contre Deontay Wilder.

On lui promettait l’enfer ce samedi à Las Vegas face à Tyson Fury. Malgré ses 20 victoires en autant de combats, Otto Wallin ne devait pas peser bien lourd contre le "Gypsy King". Pourtant, le Suédois de 28 ans a longtemps inquiété l’ancien champion WBA, IBF, WBO et IBO des lourds. Mieux, pendant la première moitié de ce duel, Otto Wallin a même légèrement dominé son rival britannique avant de finalement s’incliner sur une décision unanime des juges. "Moi le premier j’étais persuadé que ce combat n’irait pas à la limite, que cela ne serait qu’un combat de préparation, a même avoué Brahim Asloum, consultant RMC Sport. Bravo à Otto Wallin pour ce qu’il a montré. C’était un combat palpitant et engagé."

Mais à partir de la septième reprise, le champion linéaire a enclenché la machine. Faisant fi d’une vilaine coupure à l’arcade sourcilière droite, Tyson Fury a commencé à placer ses coups. En face, Otto Wallin a baissé de régime et n’a jamais eu l’opportunité de placer un dernier coup fatal pour surprendre l’Anglais. "Je félicite Otto Wallin qui a fait un grand combat, c’était un vrai guerrier, a d’abord lancé le "Gypsy King" après cette belle bataille. Je n’ai pas pu voir pendant la majorité du combat à cause de cette coupure mais j’ai réussi à m’imposer le jour de l’indépendance mexicaine."

Fury: "J’attends le gros bouffon, le gros tordu, Deontay Wilder"

Short au couleur du drapeau mexicain et présenté comme "El rey de los Gitanos" (le roi des Gitans), Tyson Fury a vite retrouvé de sa superbe une fois le combat contre Wallin terminé.

Nouveau détenteur de la Mayan Belt de la WBC, une ceinture créée tout spécialement à l’occasion de la fête d’indépendance mexicaine, le Britannique s’est payé Deontay Wilder. Après un duel épique face au champion américain en 2018, le Britannique a encore fait monter la pression avant leur revanche tant attendue en 2020. "J’ai eu de bonne préparation mais c’est seulement mon troisième combat depuis mon retour, a prévenu le natif de Manchester. J’attends le gros bouffon, le gros tordu. Je vais me reposer et prendre du plaisir pour préparer ce combat."

Jean-Guy Lebreton