RMC Sport

Boxe: Pro à quinze ans, champion dans quatre catégories, le RMC Fighter Club raconte la star Canelo Alvarez

Un phénomène de précocité devenu un phénomène tout court. A trente ans, Saul "Canelo" Alvarez est considéré par beaucoup comme le numéro un toutes catégories confondues de la boxe actuelle. Mais pas forcément très connu du grand public chez nous. Avant son combat d’unification des super-moyens contre Billy Joe Saunders ce samedi soir au Texas, le RMC Fighter Club vous propose une émission spéciale pour retracer le fil de la vie et de la carrière de la superstar mexicaine.

Il est l’homme qui va nous faire revenir, pour un soir en tout cas, dans le monde d’avant. Champion WBC-WBA Super-The Ring des super-moyens, Saul "Canelo" Alvarez va tenter d’ajouter la ceinture WBO à sa collection face au fantasque (pour être gentil) Britannique Billy Joe Saunders ce samedi soir devant les… 70.000 spectateurs annoncés dans l’AT&T Stadium d’Arlington, au Texas, habituelle enceinte des Dallas Cowboys en NFL. De quoi signer la plus belle affluence depuis le début de la pandémie et le record historique en intérieur pour la boxe sur le sol américain! Un record qui s’explique par l’envie du public après des mois de frustration mais aussi et surtout par la popularité du Mexicain, qui reprend sa bonne vieille habitude de combattre autour du "Cinco de Mayo", dans la région.

Mayweather en seule défaite

Pas la plus grande star du noble art actuel si l’on mesure la chose à l’aune des réseaux sociaux, Anthony Joshua et Ryan Garcia affichant plus d’abonnés Instagram, celui qui tire son surnom de sa couleur de cheveux (Canelo veut dire cannelle, sobriquet affublé aux roux au Mexique) en est tout de même le représentant le plus important. Celui que beaucoup considèrent, à raison selon nous, comme le numéro un pound-for-pound (toutes catégories confondues) de la discipline. Champion du monde dans quatre catégories, des super-welters aux mi-lourds, Alvarez est un incontournable des amoureux du ring. Mais de notre côté de l’Atlantique, il n’est pas forcément très connu. Pas de panique: le RMC Fighter Club va vous permettre de rattraper tout ça.

>> Ecoutez le RMC Fighter Club spécial Canelo Alvarez

Le podcast de RMC Sport dédié aux sports de combat a consacré une émission entière à placer la vie et l’œuvre du Mexicain sous le microscope. Dernier de sept frères tous devenus boxeurs professionnels, dont Rigoberto qui l’influencera à mettre les gants, Canelo est déjà un phénomène de précocité dans les rangs amateurs (où il pouvait infliger des KO à des combattants deux fois plus âgés) avant de débuter pro à… quinze ans ! Plus de quinze ans plus tard, le gamin a fait du chemin et affiche un bilan à 55-1-2. Sa seule défaite? A vingt-trois ans (il en a trente). Et tout sauf infamant car l’adversaire en face se nommait Floyd Mayweather, dont il pense qu’il aurait pu le battre s’ils avaient combattu à leur "prime".

Dans l’autre colonne, plusieurs victoires de prestige sur Carlos Baldomir, Shane Mosley, Austin Trout, Erislandy Lara, Miguel Cotto, Amir Khan, Julio Cesar Chavez Jr, Daniel Jacobs, Sergey Kovalev, Callum Smith et bien sûr Gennady Golovkin. Un "GGG" auquel il sera éternellement lié après leurs deux combats très controversés – sur les décisions finales – de 2017 et 2018, officiellement un nul et une victoire pour Canelo, entrecoupés d’un contrôle positif au clenbutérol qui fera beaucoup parler et qu’il expliquera par la consommation d’une viande mexicaine contaminée. Deux chocs après lesquels il signera un incroyable contrat de 365M$ pour onze combats avec la plateforme DAZN... avant d'attaquer le diffuseur en justice (ce qui ne l'empêche pas de boxer dessus depuis).

Derrière Chavez mais déjà haut

La suite? Elle commence par Saunders et sera placée sous un credo qu’il répète souvent, "marquer l’histoire", à l’image de sa quête de devenir le premier Mexicain champion du monde unifié et incontesté à quatre ceintures qu’il pourrait compléter en moins d’un an (premières ceintures remportées contre Smith en décembre dernier) s’il bat Saunders et fait de même avec l’Américain Caleb Plant, champion IBF, qu’il pourrait croiser dans le ring en septembre autour de la fête d’indépendance mexicaine (autre date où il boxe régulièrement) du 15 septembre.

S'il remplit sa mission annoncée, il deviendra aussi le premier champion incontesté (époque trois comme quatre ceintures) de la catégorie des super-moyens, le Britannique Joe Calzaghe étant celui qui s'en était approché le plus en 2007 (champion WBA, WBC et WBO mais pas IBF). Et d'ailleurs, quelle place pour Canelo dans l’histoire de la boxe mexicaine? Pas encore tout en haut, spot pour l’instant réservé pour Julio Cesar Chavez, mais déjà bien placé au milieu – liste non exhaustive – des Salvador Sanchez, Ruben Olivares, Carlos Zarate, Juan Manuel Marquez, Marco Antonio Barrera, Jesus "Chucho" Castillo ou Erik Morales. Vous voulez mieux découvrir Canelo? Le RMC Fighter Club dresse son portrait en long, en large et en travers. Régalez-vous.

https://twitter.com/LexaB Alexandre Herbinet Journaliste RMC Sport