RMC Sport

Boxe: Pulev se rapproche pour Joshua... qui veut Wilder vite

Redevenu champion unifié WBA Super-IBF-WBO des lourds, Anthony Joshua doit maintenant affronter un de ses deux challengers officiels et obligatoires, le Bulgare Kubrat Pulev et l’Ukrainien Oleksandr Usyk. Et c’est bien le premier, comme prévu, qui tient la corde. Sans oublier Deontay Wilder, champion WBC, avec qui il espère conclure très vite un rendez-vous sur le ring.

Quel prochain défi pour Anthony Joshua? Après avoir pris sa revanche sur Andy Ruiz Jr en décembre, et récupéré les titres WBA Super-IBF-WBO des lourds perdus en juin, la star britannique a deux options: ses deux challengers officiels et obligatoires. Alors que le noble art attend un choc contre le vainqueur du deuxième combat entre le détenteur de la ceinture WBC Deontay Wilder et l’ancien champion unifié Tyson Fury (toujours champion "linéaire" pour certains), le 22 février à Las Vegas, "AJ" doit d’abord gérer ces deux impératifs pour éviter de voir ces organisations lui retirer ses titres. 

D’un côté, le challenger pour l’IBF, le Bulgare Kubrat Pulev, 38 ans (28-1; 14 KO), connu du grand public pour avoir embrassé une journaliste de force, qui reste sur huit victoires depuis sa défaite par KO contre l’Ukrainien Wladimir Klitschko (alors champion unifié) en novembre 2014 et aurait déjà pu affronter Joshua en octobre 2017 avant une blessure qui avait permis au Français Carlos Takam de prendre sa place. De l’autre, celui de la WBO, l’Ukrainien Oleksandr Usyk, tout juste 33 ans (17-0; 13 KO), ancien champion unifié à quatre ceintures des lourds-légers qui a débuté chez les lourds en octobre avec sa victoire avant la limite sur l’Américain Chazz Witherspoon. Et il semble que le premier tienne la corde. 

Des offres des quatre coins de la planète

Selon ESPN, l’IBF a en effet accordé un délai supplémentaire à Matchroom Boxing, promoteur de Joshua avec Eddie Hearn à sa tête, et Top Rank (Bob Arum) et Epic Sports, co-promoteurs de Pulev, pour trouver un accord. Alors que ce dernier devait dans un premier temps avoir été trouvé au maximum le 11 janvier, les deux camps ont demandé un report, accordé jusqu’au 31 janvier par le président de l’IBF Daryl Peoples, car ils sont très proches de s’entendre dixit John Wirt (Epic Sports). Qui précise que le lieu du combat reste en débat avec une multitude d’offres sur la table même si on sait que l’idée d’un retour en Grande-Bretagne, avec le nouveau stade de Tottenham possible, plaît beaucoup au camp "AJ".

>> Suivez les plus grands combats de boxe avec les offres RMC Sport

Kubrat Pulev
Kubrat Pulev © Icon Sport

"Nous sommes très proches d’un accord selon moi mais le vrai point restant est que chacun essaie d’examiner les offres qui arrivent des quatre coins du monde, indique Wirt. Les seuls continents qui ne sont pas en course selon ce que je sais sont l’Antarctique et l’Océanie." Si aucun accord n’est trouvé, perspective improbable avec tant d’argent en jeu, des enchères seront organisées – les deux camps peuvent continuer de négocier jusqu’à quinze minutes avant la révélation des offres – pour acquérir les droits de promotion du combat avec un partage à 65-35 en faveur du champion. Sauf retournement de situation, Pulev sera donc le prochain challenge sur la route de Joshua. 

Usyk aussi dans le viseur

D’autant plus logique qu’il sera plus facile de récupérer la ceinture WBO si cette dernière lui enlève que l’inverse: Usyk, qui pourra profiter d’un autre combat chez les lourds avant de défier quelqu’un du calibre de Joshua, est lui aussi dans l’écurie Matchroom, ce qui facilitera les négociations si l’Ukrainien remporte le titre vacant (son manager a encore eu une réunion avec Eddie Hearn et Joshua la semaine dernière). La chose serait bien plus compliquée avec Top Rank et Pulev si ce dernier remporte une ceinture IBF vacante. "Celui que je n’affronte pas en premier, je l’affronterai dans le futur", confirme le Britannique à Sky Sports. Et l’idée de croiser Usyk, considéré comme l’un des meilleurs boxeurs de la planète toutes catégories confondues, lui donne envie: "On veut affronter les meilleurs et il est le meilleur lourd-léger jamais vu. Je veux l’affronter chez les lourds. Les gens disent qu’il est un lourd-léger mais regardez ce qu’avait fait Evander Holyfield quand il était monté chez les lourds. Qui peut dire qu’Usyk ne va pas réussir de grandes choses dans cette catégorie? Mais pour ça, il doit affronter les grands noms. Je serai le premier à relever ce challenge."

"On doit venir chambouler tout ça"

Mais Joshua a surtout un autre nom en tête: Deontay Wilder et sa ceinture WBC, la dernière qui lui manque. Alors que les négociations inabouties avec la machine à KO américaine ont alimenté la chronique il y a quelques mois, "AJ" ne compte pas être le dindon de la farce en cas d’éventuelle trilogie avec Fury. "On a eu une réunion à ce sujet pour évoquer une offre qui permettrait de solidifier un combat contre Wilder avant le sien contre Fury et avant même mon prochain combat, explique Joshua. J’ai entendu qu’ils avaient en ligne de mire un troisième combat pour la fin d’année mais on doit venir chambouler tout ça avec quelque chose qui attire l’attention de Wilder, s’il gagne, pour qu’il puisse se dire: 'Même si j’ai une clause de rematch, je vais voir comment manipuler mon contrat pour m’en libérer et combattre pour l’unification'." Joshua précise tout de même qu’il encouragera Fury dans l’espoir d’un combat d’unification totale sur le sol britannique. Joshua-Fury à Wembley pour toutes les ceintures, ça aurait tout de même une sacrée gueule.

Alexandre HERBINET (@LexaB)