RMC Sport

Taekwondo: Wiet-Hénin révèle avoir été victime d’inceste

Magda Wiet-Hénin a posté un message dimanche sur les réseaux sociaux où elle révèle avoir été confrontée à l’inceste à l’âge de six ans. La championne d’Europe de taekwondo a également indiqué vouloir s'impliquer dans l'aide aux victimes de violence sexuelles.

Championne d’Europe de taekwondo des moins de 67 kilos en 2020, Magda Wiet-Hénin n'avait pas atteint le podium lors des Jeux olympiques de Tokyo, avec une élimination dès son entrée en lice. Un échec sportif qui l’a également conduite à repousser temporairement son projet de créer une association d’aide aux victimes de violences sexuelles. L’athlète de 26 ans s’en est expliquée ce dimanche dans un message posté sur les réseaux. Elle y révèle avoir été elle-même frappée par l’inceste.

La taekwondoïste voulait rapporter une médaille d’or du Japon et ensuite dévoiler son lourd secret pour confirmer à toutes les victimes d’inceste que l’avenir pouvait quand même être radieux.

"Mon plan A était de ramener l’or olympique puis par la suite créer mon association afin d’aider tous les jeunes qui comme moi ont subi des violences sexuelles dans leur passé et leur démontrer que l’avenir peut être grandiose, a publié la combattante sur Instagram. Le destin en a décidé autrement, pas de médaille… Juste un goût amer qui me laisse beaucoup de doutes."

"Grâce au taekwondo j’ai trouvé le moyen d’être fière de moi"

Si la médaillée de bronze des Mondiaux 2019 voulait l’or aux JO de Tokyo pour donner plus de visibilité à son projet, elle n’a pas totalement abandonné l’idée et entend désormais raconter son parcours dans un livre.

"Voici mon plan B, a poursuivi Magda Wiet-Hénin dans son message adressé à ses fans. Je vais tenter la rédaction d’un livre, pour raconter comment grâce au taekwondo j’ai trouvé le moyen d’être fière de moi de me dépasser et de me sentir heureuse. Pour l’instant je suis incapable de mettre en place mon association, je ne suis pas prête. Mais j’ai besoin de raconter mon histoire, d’accepter le fait que j’ai été victime quand j’avais 6 ans d’inceste. Un mot qui pour moi est très difficile à prononcer. J’aimerais prouver à toutes les personnes à qui il est arrivé la même chose que le plus important, c’est d’être acteur de ses projets, de sa vie, le passé n’est pas une fatalité, mais peut devenir une force un moyen de se développer encore plus si on l’accepte."

JGL