RMC Sport

Benneteau: "Si Monfils doit jouer en Guadeloupe, ça va être quelque chose"

Invité du TP Show, ce lundi sur RMC, Julien Benneteau (33 ans), qui reprend la compétition après avoir été handicapé par des blessures aux adducteurs, détaille ses objectifs pour la saison à venir. Et revient sur le futur premier tour de Coupe Davis en Guadeloupe face au Canada, en mars prochain.

Ses objectifs en 2016

« Dans un premier temps, en simple, l’objectif est de revenir le plus rapidement possible dans les 100 premiers mondiaux (il est actuellement 535e, ndlr). Je sais que ça va prendre du temps. J’espère pouvoir enchainer les tournois, les matches sans avoir de douleurs, pouvoir me livrer à fond. Je suis sur le bon chemin, je croise les doigts. Pendant les six premiers mois, jusqu’à Wimbledon, je vais pouvoir jouer un peu où je veux en simple grâce à mon classement protégé. Je ferai un point à ce moment-là. Je vais jouer le simple et le double à fond. Le double peut me permettre d’être en équipe de France de Coupe Davis. De peut-être me qualifier pour les Jeux de Rio. »

Quelle place pour le double ?

« J’ai toujours considéré le double comme un moyen de progresser en simple. Ça permet de travailler de phases de jeu, le service, le retour, la volée notamment. Grâce au double, j’ai connu de très grosses victoires. Une médaille aux JO (le bronze à Londres en 2012, ndlr), des sélections en Coupe Davis. C’est une discipline qui m’a apporté beaucoup d’émotion, de fierté. Je n’ai pas envie de la délaisser. Pendant les tournois, au lieu d’aller m’entrainer, je préfère aller me faire un petit match de double. Je ne joue pas le double sur tous les tournois, les ATP 250 de Nice, Marseille, Montpellier par exemple. Sur les plus gros tournois, j’arrive à concilier les deux. Le double me sert pour le simple. Avec le style de jeu que j’ai, c’est très complémentaire. Lors des gros matches de double comme celui pour la médaille olympique où la finale de Roland-Garros, on n’a pas le droit à l’erreur. On a énormément de pression. Ça m’aide sur les tournois en simple. A mon niveau, il y a des périodes de creux en simple, à ce moment-là on est bien content d’avoir le double. »

Le premier tour de Coupe Davis face au Canada en Guadeloupe

« Si Gaël Monfils est sélectionné et qu’il doit jouer là-bas, ça va être quelque chose, c’est sûr. Yannick Noah nous a dit : "Les gars, je pense que jouer dehors sur terre battue, c’est mieux que de jouer dedans sur terre battue " On lui a dit qu’on était d’accord. A cette époque de l’année, ce n’était réalisable qu’aux Antilles. Il a vraiment poussé la Fédération à explorer cette piste. Ça va se faire. C’est génial que le tennis français puisse se rendre là-bas. Ce sera une belle fête, à l’équipe de France de la rendre encore plus belle en gagnant. »

la rédaction