RMC Sport

Llodra : « Le mec est une machine »

Michaël Llodra

Michaël Llodra - -

Vainqueur du Serbe Janko Tipsarevic ce samedi en demi-finales de l’Open 13 (6-4, 7-6), le Parisien redoute la puissance de feu de l’Argentin Juan Martin Del Potro, son adversaire en finale ce dimanche, qui a éliminé Jo-Wilfried Tsonga.

Michaël, après avoir perdu contre Juan Martin Del Potro à Rotterdam (6-4, 6-7, 6-4) au retour du Canada et du premier tour de la Coupe Davis, vous le retrouvez ce dimanche en finale à Marseille. Dans quel état d’esprit aborderez-vous ce match ?

Je préfère jouer Del Potro sur une surface rapide comme ça, avec des balles vives, que la semaine dernière. J’avais fait un super match mais j’avais quand même perdu. J’avais moins de pression, aussi. En arrivant le mardi après-midi et en jouant le mercredi à 16h, je n’en menais pas large. J’avais neuf heures de décalage horaire. J’étais un peu dans le coaltar. J’ai joué très relâché. Ça m’a permis de faire un bon match. Là, c’est une finale. Il a fait forte impression contre Jo. Il ne faudra pas simplement être bon, mais très bon.

Comment comptez-vous vous y prendre ?

Ne faire que l’agresser, sans doute. On a vu qu’il était impressionnant dans les longs échanges. Je ne vais pas m’amuser à ça avec lui. Je vais essayer de le priver de temps. Pourquoi pas essayer de le faire venir au filet en jouant court ? De toute façon, ça ne changera pas grand-chose sur mes jeux de service. Ce sera à l’attaque, à fond au filet. Il faut arriver à le retourner. Derrière, il met tellement des coups de massue que ce n’est pas simple. Mais je vais jouer ma carte à fond.

Que craignez-vous ?

C’est la force tranquille. Il ne s’affole pas contre Jo alors qu’il perd le deuxième set, qu’il avait eu une balle de match. Le mec est une machine. Dans le troisième, il breake et il enfonce le clou. C’est perturbant de jouer des mecs comme ça, qui ne montrent aucune faille. Il a un gros service. Sa force de frappe du fond de court fait très mal. En jouant seulement six mois à cause de sa blessure, il est 10e mondial. On peut imaginer qu’avec une année complète, il peut être très pénible et rejoindre le trio de tête.