RMC Sport

Coupe Davis: Serra explique pourquoi il ferait un bon capitaine

Depuis qu'Amélie Mauresmo a décidé d'entraîner Lucas Pouille plutôt que l'équipe de France de Coupe Davis, la FFT se cherche un nouveau capitaine. Ancien 36e mondial et membre de la Dream Team RMC Sport, Florent Serra a soumis sa candidature. Avec l'objectif de "rassembler et fédérer le maximum de personnes".

Qu’est-ce qui vous a poussé à présenter votre candidature?

Ça m’est venu avec Julien Benneteau, qui est de ma génération et que j’ai affronté plein de fois. Le fait qu’il soit maintenant le capitaine de Fed Cup, je me suis dit: "Pourquoi pas?". La Coupe Davis change par ailleurs complètement de format et de formule, ce qui n’est peut-être pas forcément apprécié par la majorité des joueurs. Quitte à changer quelque chose et de fonctionnement, pourquoi forcément prendre un joueur qui a gagné un Grand Chelem, qui a été plus médiatique que moi ou qui a mieux joué que moi même si j’ai été 36e mondial et que j’ai plutôt fait une très belle carrière avec mes possibilités physiques. Pourquoi ne pas tenter ma chance? L’idée, ce serait d’essayer de rassembler et de fédérer le maximum de personnes.

Quelles sont les forces de votre candidature?

C’est assez simple. Je ne prétends pas du tout les entraîner. Je pense que les joueurs sont déjà assez cadrés tout au long de l’année. On voit par exemple qu’Amélie Mauresmo va s’occuper de Lucas Pouille, que Sébastien Grosjean faisait plusieurs semaines avec Richard Gasquet ou encore que Fabrice Santoro s’occupe de Pierre-Hugues Herbert pendant plusieurs semaines dans l’année. Donc même si c’est un travail qui sera sur toute l’année, je pense que ça se jouera sur une semaine. Après avoir passé beaucoup de temps en étant cadrés dans l’année, je ne pense pas que les joueurs aient encore besoin de se remettre encore plus de pression.

J’ai plus envie d’apporter une touche assez proche avec eux parce que j’ai joué contre eux, j’ai battu certains d’entre eux. Il peut y avoir un déclic chez certains rien qu’avec une phrase. Je pense que je peux apporter cette relation amicale tout en ayant aussi de la rigueur parce que c’était ma force sur le circuit. Je veux garder cette rigueur, cette persévérance et cette combativité. Je veux apporter sur une semaine une notion d’amusement, tout en étant très sérieux. On la met un peu de côté cette compétition (la nouvelle Coupe Davis), mais si on la gagne, elle peut prendre de l’ampleur et devenir très belle, même si le format n’est plus le même. J’ai été proche de cette génération, un peu moins de Lucas Pouille qui est plus jeune. En discutant avec la plupart, je pense qu’on peut faire quelque chose de bien.

La perspective des JO 2020 a compté dans votre choix?

Ce qui m’intéresse d’abord, c’est d’entrer en contact avec les entraîneurs des joueurs, de parler par exemple avec Amélie (Mauresmo) sur le comportement de Lucas (Pouille), comment il joue tout au long de la saison. Je veux vraiment faire un travail toute l’année pour que les joueurs soient dans les meilleures conditions sur cette semaine. C’est la force d’un capitaine de pouvoir accepter les individualités de chacun. Parfois, on mettait tout le monde dans le même panier et il ne fallait pas parler. Il faut laisser un peu de champ aux joueurs. Ensuite, pouvoir participer aux JO avec les Bleus, ce serait génial. Ça trotte dans un coin de ma tête.

Avez-vous reçu des messages des joueurs suite à votre candidature?

J’ai reçu un message du DTN (Pierre Cherret), qui m’a expliqué qu’il attendait la réaction des joueurs. J’ai pris contact avec deux-trois joueurs par texto, je n'ai pas eu de retours pour l'instant. Je veux simplement qu’on me laisse la chance d’exposer les choix qui m’ont poussé à présenter ma candidature. On verra bien.

RMC Sport