RMC Sport

Coupe Davis: tradition "piétinée", stades vides, horaires... Mahut tire un bilan salé

Nicolas Mahut a déploré l'élimination précoce de l'équipe de France de tennis, dès la phase de poules de la Coupe Davis, mais a surtout vivement critiqué la nouvelle formule du tournoi boudé par les spectateurs.

"Ils ont piétiné les traditions". Nicolas Mahut ne mâche pas ses mots à l'encontre de la nouvelle version de la Coupe Davis créée sous l'impulsion de Gerard Piqué. Au soir de l'élimination de l'équipe de France par la Serbie dès la phase de groupes ce jeudi, le tennisman de 37 ans a reconnu que cette contre-performance "a été un moment pas très agréable". Une déception encore plus difficile à encaisser à cause de l'ambiance très morose à Madrid, faute de supporters dans les tribunes.

"Je crois que la tradition ils l'ont complètement piétinée, ce n'est plus du tout ce qui faisait le sel de la Coupe Davis", a déploré Nicolas Mahut, qui s'insurge contre la programmation. "Pour que ça fonctionne, il faut plus de temps: une semaine c'est trop court, on ne peut pas se permettre d'avoir deux rotations par journée et de finir des matchs à 4h du matin. Il faut que les stades soient pleins pour que ce soit une réussite, ça ne l'était pas. Il faut aussi que nos supporteurs reviennent, pour nous c'est important", a-t-il ajouté.

"Il faut leur laisser un peu de temps"

Le spécialiste du double ne veut toutefois pas être catégorique sur ses critiques: "Sur le format de la compétition, il y a des choses positives. Dans l'organisation, j'ai eu l'impression de jouer les Jeux olympiques. (...) Il faut leur laisser un peu de temps, une chance de réussite pour que cette Coupe du monde soit un succès. Quand on fait une Coupe du monde de foot, quel que soit le match, le stade est plein. À l'organisation de faire que les stades soient pleins, que ce soit la fête un peu partout".

Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert ont permis à la France de sauver l'honneur contre la Serbie, aux dépens de Viktor Troicki et Janko Tipsarevic (6-4, 6-4). Avant cela, Jo-Wilfried Tsonga a été battu par Filip Krajinovic (7-5, 7-6) et Benoît Paire n'a rien pu faire ensuite face à Novak Djokovic (6-3, 6-3). Finaliste l'an dernier, la France termine deuxième du groupe A mais ne figure pas parmi les deux meilleurs deuxièmes des six groupes qui se hissent en quarts.

Julien Absalon avec AFP