RMC Sport

Disparition de Peng Shuai: l'ONU veut des preuves que la joueuse se porte bien

L'ONU a demandé ce vendredi des preuves que la championne de tennis chinoise Peng Shuai, qui a disparu après avoir accusé un ancien haut dirigeant du pays de l'avoir contrainte à un rapport sexuel, va bien.

L'ONU hausse le ton. L'organisation internationale a demandé ce vendredi des preuves que la championne de tennis chinoise Peng Shuai, qui a disparu après avoir accusé un ancien haut dirigeant du pays de l'avoir contrainte à un rapport sexuel, va bien. "Il serait important d'avoir des preuves sur le lieu où elle se trouve et de savoir si elle va bien. Et nous demandons instamment qu'une enquête soit menée en toute transparence sur ses allégations d'agression sexuelle", a déclaré une porte-parole du Haut-Commissariat aux droits de l'homme, Liz Throssell, lors d'un point de presse à Genève.

"Nous demandons une enquête en toute transparence. Cela devrait être le cas pour toutes les allégations d'agression sexuelle. Nous tenons à souligner qu'il est important de savoir où elle se trouve et dans quel état elle se trouve, et de savoir comment elle va", a-t-elle insisté, en soulignant que "les agressions sexuelles existent dans toutes les sociétés".

L'affaire prend de l'ampleur

Peng Shuai, âgée de 35 ans, a accusé début novembre sur les réseaux sociaux l'ancien vice-Premier ministre Zhang Gaoli, qui a été de 2013 à 2018 l'un des sept hommes politiques les plus puissants de Chine, de l'avoir contrainte à une relation sexuelle il y a trois ans, avant d'en faire sa maîtresse. Cette accusation avait été brièvement postée le 2 novembre sur le compte officiel Weibo, équivalent chinois de Twitter, de la joueuse. La Chine avait très vite bloqué toute référence à ce message.

Un email, dévoilé mercredi soir sur Twitter par la chaîne d'État chinoise CGTN, est venu semer le doute. Il s'agissait de la capture d'écran d'un courriel attribué à Peng Shuai et qu'elle aurait envoyé à la direction de la WTA, dans lequel elle affirme que ses accusations "sont fausses" et qu'elle "se repose". "Tout va bien. Merci encore d'avoir pris de mes nouvelles" conclut le courriel. Le contenu du message a soulevé des doutes quant à son authenticité.

La WTA, qui gère le circuit professionnel féminin de tennis, a appelé à "une enquête approfondie, juste et transparente concernant les accusations de violences sexuelles à l'encontre de Peng Shuai".

RR avec AFP