RMC Sport

Tennis: la folle vie de Mauresmo

Amélie Mauresmo, aux côtés d'Andy Murray

Amélie Mauresmo, aux côtés d'Andy Murray - AFP

Maman d’un petit Aaron depuis l’été dernier, Amélie Mauresmo n’a pas pour autant levé le pied sur le plan tennistique. Tout juste revenue de l’Open d’Australie où elle a assisté à la finale perdue de son poulain Andy Murray, l’ancienne n°1 mondiale enchaîne ce week-end avec le premier tour de Fed Cup.

Amélie Mauresmo est presque une maman comme les autres, de celles qui combinent vie de famille et vie professionnelle. Sauf que l’emploi du temps de l’ancienne n°1 mondiale est particulièrement chargé. Ce week-end, elle sera sur le banc de l’équipe de France de Fed Cup, qui dispute le premier tour de l’édition 2016 face à l’Italie, à Marseille. La semaine dernière, elle était en Australie pour accompagner Andy Murray jusqu’à sa finale perdue face à Novak Djokovic. Accompagnée de son petit Aaron, né l’été dernier.

« C’est bon signe, c’est que ça marche bien »

« Lundi, je me pose pour faire un bon petit break (rires), j’en ai besoin, reconnait Amélie Mauresmo. Après, on sait que cette partie-là de l’année, en janvier-février, c’est toujours assez chaud avec l’enchaînement Open d’Australie-Fed Cup. C’est bon signe si j’enchaîne assez rapidement les deux : c’est que ça marche bien. » Et effectivement, ça marche plutôt bien : Andy Murray, n°2 mondial, n’a certes pas fait le poids face à l’ogre Djokovic mais n’a jamais semblé aussi fort. Et c’est aussi avec elle que les Françaises, dont elle est la capitaine depuis 2012, ont retrouvé des couleurs en Fed Cup.

Mauresmo sereine

C’est finalement en toute décontraction qu’Amélie Mauresmo, très discrète sur le sujet dans les médias, aborde cet emploi du temps surchargé. Et avec un large sourire. « Ça n’a pas changé grand-chose, explique-t-elle à propos de sa maternité. Après, il y a des journées un peu plus difficiles que d’autres. Quand tu rentres, ça peut être un peu plus sympa et tu es un peu moins énervée (en cas de victoire). » Comme un message adressé à Kristina Mladenovic et consorts, avant leur match face à l’Italie : il s’agirait de ne pas fâcher Maman Amélie.

A.Bo avec E.S