RMC Sport

Cincinnati: l’explication (très) tendue entre Kokkinakis et Harrison

Thanasi Kokkinakis

Thanasi Kokkinakis - AFP

Opposés en match de qualification pour le Masters 1000 de Cincinnati, l’Australien Thanasi Kokkinakis et l’Américain Ryan Harrison ont failli en venir aux mains à l’issue de la rencontre. Parmi les causes de l’altercation, « l’incident Kyrgios ».

Après « l’affaire Nick Kyrgios », coupable d’insultes envers Stan Wawrinka lors du Masters 1000 de Montréal la semaine dernière, la jeunesse dorée australienne squatte à nouveau les gros titres, et pas pour ses coups de raquette. En cause cette fois, Thanasi Kokkinakis, 76e joueur mondial et grand espoir du tennis mondial. Opposé à l’Américain Ryan Harrison en match de qualification du Masters 1000 de Cincinnati, le joueur de 19 ans a failli en venir aux mains avec son adversaire au moment de la traditionnelle poignée de fin de match (remporté par Kokkinakis 7-5, 3-6, 7-6).

Pour bien saisir le contexte de la rencontre, rappelons qu’il s’agissait du premier match de Kokkinakis depuis la sortie de Kyrgios face à Wawrinka. Pour les étrangers de la planète tennis, Kyrgios a défrayé la chronique à Montréal en lançant au Suisse que son compatriote (Kokkinakis) avait «b… sa copine ». Des mots captés par la télévision canadienne qui ont valu à Kyrgios 10 000 euros d’amende. Selon un journaliste du New York Times présent à Cincinnati, Harrison aurait ouvert les hostilités en traitant « The Kokk » de « co… ». L’Australien serait alors très vite monté en pression. Harrison, visiblement inspiré, aurait alors poursuivi ses provocations, faisant notamment allusion à l’affaire Kyrgios. L’ambiance déplorable sur le court a obligé l’arbitre à intervenir à deux reprises. Et lors de la poignée de main finale, on n’était pas loin du coup de poing.

Harrison : « Je vais l’enterrer »

« Il va falloir contrôler ces gamins, a lancé Harrison à l’arbitre. Sinon quelqu’un va leur faire mal. S’il veut qu’on s’explique, je vais l’enterrer. » L’Américain n’apprécie pas le comportement des jeunes Australiens et l’a fait savoir au micro de la chaine Fox Sports. « A 18 ans, je savais qu’il y avait une ligne à ne pas franchir. Je ne cherchais de noises à personne, et surtout pas de la façon dont Thanasi l’a fait avec moi à la fin du match. » Une fois les esprits refroidis, Harrison a joué l’apaisement : « Je ne pense pas que ce soit une mauvaise personne ». Ouf. Mais les jeunes pousses australiennes sont dans le viseur du circuit.