RMC Sport

Henin : « Serena n’est jamais aussi forte qu’en finale »

-

- - -

Le come-back fulgurant de la joueuse belge peut se conclure en apothéose demain (9h30 heure française) contre Serena Williams.

Cette victoire expéditive (6-1, 6-0 contre la Chinoise Jie Zheng) est-elle idéale avant de renouer avec une finale de Grand Chelem ?
J’ai disputé beaucoup de matchs difficiles ces deux dernières semaines et cela va faciliter la récupération. Une demi-finale de Grand Chelem est toujours un moment spécial. Surtout dans ma situation. J’étais très emballée à l’idée de rejouer une finale de Grand Chelem et j’ai hâte de découvrir la suite.

A quel moment du match avez-vous commencé à penser à la finale ?
Je voyais bien que je n’étais pas loin mais on a parfois des mauvaises surprises quand on pense avoir gagné trop tôt. C’est ce qui m’est arrivé en 2007 à Wimbledon (défaite en demi-finale contre Bartoli après avoir remporté le premier set 6-1, ndlr). Je n’ai donc laissé place à l’émotion qu’une fois le match terminé.

« Je sais maintenant pourquoi je suis revenue »

Aussi étonnant que cela puisse paraître, vous allez rencontrer Serena Williams en finale de Grand Chelem pour la première fois de votre carrière. Etes-vous surprise d’avoir attendu si longtemps ?
C’est incroyable de la croiser pour ma première grande finale depuis mon retour. Je suis arrivée un peu dans l’inconnu en Australie et je ne m’attendais pas à ça. Mais je ne serais pas honnête si je disais que je ne veux pas gagner ce tournoi maintenant que je suis en finale. Je devrai jouer mon meilleur tennis parce que Serena n’est jamais aussi forte qu’en finale de Grand Chelem. C’est le plus grand des challenges.

Appréciez-vous cette rivalité avec Serena ?
J’ai beaucoup de respect pour ce qu’elle est et ce qu’elle a fait. C’est une grande championne, qui n’abandonne jamais. Elle a grandement participé à élever le tennis féminin à un autre niveau. Je pense qu’on s’est aidé mutuellement à devenir meilleures.

A quel point êtes-vous fière de ce que vous avez déjà accompli depuis votre retour ?
Je suis évidemment très heureuse. Je sais d’où je viens et les efforts que cela m’a demandé ces derniers mois. J’ai travaillé si dur ! Je sais maintenant pourquoi je l’ai fait même si le chemin est encore long pour atteindre la plénitude de mes moyens. Il me restera beaucoup de choses à améliorer avec mon coach au retour d’Australie. Mais rentrer chez moi avec un nouveau titre serait plus qu’un rêve.

La rédaction