RMC Sport

Dominguez : « Tsonga a les atouts pour battre Ferrer »

Patrice Dominguez

Patrice Dominguez - -

Pour Patrice Dominguez, pas de doute : Jo-Wilfried Tsonga a les armes pour renverser la montagne David Ferrer, ce vendredi, en demi-finale de Roland-Garros. A condition de conserver les mêmes ingrédients que ceux exploités lors de son exploit face à Federer. Et avec le soutien inconditionnel du public.

« Les conditions sont très particulières. Si on jouait cette demi-finale à Madrid, à Rome, à Monte-Carlo, dans un Masters 1000, sur terre battue évidemment, les chances seraient du côté de l’Espagnol. Parce qu’il a de meilleures références, parce que Jo n’a jamais battu un joueur de ce type, un véritable terrien, un joueur du Top 5, du Top 6, hormis sa victoire contre Federer. Mais ici à Roland-Garros, après l’exploit réalisé par Jo-Wilfried Tsonga au tour précédent, les conditions sont changées. Il y aura le soutien du public. Il y aura cet état de grâce, qu’il a connu en quart de finale, ses sensations, sa montée en régime. Voilà autant d’éléments qui en font le favori aujourd’hui. Même s’ils sont minces, il a les atouts pour battre David Ferrer, à une condition près : qu’il joue avec la même agressivité, la même détermination que contre Federer, en conservant la même dose de relâchement. »

« Il sera prêt »

Patrice Dominguez le rappelle. Tsonga aura aussi besoin du public de Roland-Garros pour battre Federer. Et, selon lui, le Manceau a tout (bien) fait pour s’assurer l’appui des spectateurs : « On a senti la ferveur monter dans les allées, la joie du public de voir un Français battre une légende du tennis comme Roger Federer. Le jour suivant, Jo est venu ressentir cette ferveur. Il est venu s’entraîner au milieu des siens, avec son coach, ses parents, pour ressentir ce bonheur d’avoir atteint la demi-finale mais avec le sentiment que ce n’était pas un aboutissement. Aujourd’hui, il s’est isolé un petit peu plus pour se préparer et se concentrer. Il sera prêt au moment d’entrer sur le court. Et le public, qui sent l’exploit possible, le soutiendra, c’est sûr, de façon inconditionnelle. »

A lire aussi :

- Pitkowski : « Etre agressif dès les premières frappes »

- Forget : « Tsonga ? Une espèce de force tranquille »

- Toute l'actu de Roland-Garros