RMC Sport

Fiona Ferro apprécie l’exigence de Manu Planque, l’homme qui a façonné Pouille

Sur le point de quitter le FFT pour entraîner dans le privé, Manu Planque, l’ancien coach de Lucas Pouille et de Corentin Moutet, découvre le circuit féminin avec Fiona Ferro. Les résultats sont déjà éloquents

Emmanuel Planque a été le premier surpris quand Fiona Ferro lui a passé un coup de téléphone l’automne dernier. Sa relation avec Corentin Moutet venait de s’achever et la FFT avait du mal à lui trouver une affectation au niveau de ses compétences. On l’avait aperçu à un ITF féminin à Clermont-Ferrand. Dans sa tête, il presque déjà parti.

>> Suivez Roland-Garros en direct

"Parce que j'avais des possibilités dans le privé. J'étais à peu près persuadé de quitter la Fédération à ce moment-là, pas par plaisir, mais parce que le timing n'était pas bon, et que j'avais envie d'exercer mon métier, et que j'aime entraîner, et qu'il n'était pas question de ne pas pouvoir le faire", a-t-il confié samedi soir en conférence de presse.

Survient alors ce coup de téléphone de la Niçoise et ce café pris dans un établissement du XVe arrondissement.

"Pas de sérieuses références sur le tennis féminin"

"J'étais assez surpris parce qu'on ne s'était jamais adressé la parole, détaillait-il. Elle m'a exposé un peu son plan, son projet. Elle m'a demandé de devenir son entraîneur. J'étais extrêmement surpris, parce qu'on ne peut pas dire que j'ai de sérieuses références sur le tennis féminin. Finalement, j'ai pris le temps de la réflexion. Elle est partie en Fed Cup (NDLR : en Australie), et les décideurs, une fois que j'ai donné mon accord, ont validé la possibilité. Je suis donc ravi."

Pas autant que Fiona Ferro, qui progresse à pas de géante. Et qui voue une confiance aveugle à son coach. Une preuve? Samedi, avant d’être interviewée sur le Chatrier par Marion Bartoli, la Niçoise surprend le regard de son coach qui lui fait comprendre qu’elle peut prendre froid…

Une scène qui rappelle Guy Roux qui interrompt une interview sur Canal+ de Laurent Paganelli avec Djibril Cissé pour que l’Auxerrois recouvre son torse nu.

"Oui, c'est vrai que j'étais surprise qu'il ne soit pas parti directement quand j'ai gagné, du coup c'est pour cela que je l'ai regardé, il m'avait juste dit de mettre ma veste", rigolait-elle. Avant de pointer du doigt les changements opérés.

"Depuis que je travaille avec lui, je me suis professionnalisée sur pas mal de points, que ce soit l'alimentation, la récupération, la façon de jouer, plein de petits trucs comme cela."

Officiellement nouvelle numéro 1 française

Des petits trucs comme cela qui feront d’elle la future numéro 1 française au classement WTA du 12 octobre. Une habitude pour "Manu" Planque qui avait mené Lucas Pouille dans le cercle fermé du Top 10. Sa méthode n’a pas de failles. Même si elle est exigeante.

"Je ne crois pas que ce soit finalement très facile de travailler avec moi. concède-t-il. Je ne suis pas le plus facile, j'en suis conscient, mais malgré tout, je suis prêt à quitter ma famille 10 mois ou 11 mois par an, je n'ai pas de problème avec cela, mais j'ai besoin de sens. J'ai besoin de savoir pourquoi je le fais, et si je le fais par intermittence, si la somme de travail n’est plus cohérente par rapport aux exigences que l'on a, les uns et les autres, là je m'en vais. S'il y a un petit décalage, je m'en vais."

Pour l’instant, Fiona Ferro a trop besoin d’Emmanuel Planque pour préparer son huitième de finale ce lundi après-midi face à Sofia Kenin.

Eric Salliot