RMC Sport

Gasquet : "Ce n’est pas utopique de penser à la finale"

Battu par Andy Murray ce mercredi (5-7, 7-6, 6-0, 6-2), Richard Gasquet quitte Roland-Garros en quarts de finale. Mais le Français (12e à l’ATP) estime qu’il est capable d’atteindre un jour la finale du Grand Chelem parisien.

Richard Gasquet, quel est votre état d’esprit après cette élimination ?

Je suis toujours déçu d’avoir perdu. C’est difficile de perdre ce match. Le 2e set a été un tournant. Si je fais le tie-break, c’est un match différent. Je le sais, mais ce n’est pas pour ça qu’au début du 3e, je suis abattu. Tout simplement, après, il a beaucoup mieux joué que moi, il a tout retourné. Autant sur le 4e set, il y a un peu de fatigue, mais sur le 3e, ce n’est pas du tout physiquement que je perds. Je suis très heureux d’avoir fait quart. Je suis déçu de perdre aujourd’hui, j’aurais aimé faire un combat, aller au 5e set. Je suis déçu que ça se finisse comme ça mais je l’ai trouvé assez étonnant sur le retour et le service. Il a tout simplement mieux joué que moi.

A lire aussi >> Roland-Garros : fin de parcours pour Richard Gasquet

Vous êtes désormais le Français le plus régulier en Grand Chelem…

Je me sens bien sur les Grands Chelems, des tournois que j’adore. J’ai bien joué à Wimbledon, à l’US Open et ici, où j’ai perdu contre Djokovic, Federer et Murray. Ces trois-là font mal. Je pense que j’ai passé un palier, c’est clair. Je joue entre la 5e et la 15e place. C’est mon niveau. Je peux battre tous ces mecs-là sur les Grands Chelems. Après, pour battre les trois ou quatre premiers, il faut être plus fort.

A lire aussi >> Pour son ancien co-directeur, Roland-Garros "peut mourir assez rapidement"

Quel souvenir garderez-vous de ce Roland-Garros ?

Je me suis régalé. C’est magnifique de jouer sur le Central, de faire des gros matchs comme ça, contre les meilleurs joueurs du monde. Tu es toujours un peu déçu parce que les deux premiers sets se sont très bien passés. Après, ça a été dur, j’ai eu du mal à trouver des solutions. Je suis heureux d’avoir pu faire quart de finale, c’est la première fois, malgré ça j’aurais bien aimé aller plus loin. A deux sets à zéro, je ne dis pas que j’aurais gagné, mais ça aurait été un match totalement différent. Malgré ça, c’est un bon résultat pour moi, je reviens à 100% physiquement, je n’ai pas de blessure, donc je peux capitaliser là-dessus pour la suite et arriver sur les prochains tournois à 100%.

A lire aussi >> Forget : "Il fallait une prise de conscience" pour la modernisation de Roland-Garros

Ce n’est donc pas encore un grand Roland-Garros pour vous ?

C’est un très bon Roland. Un grand Roland, je ne vais pas dire ça, car j’ai déjà fait trois demies en Grand Chelem. C’est un très, très bon Roland-Garros pour moi. Je me suis régalé, j’ai battu deux très grands joueurs sur le Central, Kyrgios et Nishikori. J’ai pris beaucoup de plaisir, je sens que je retrouve un très bon niveau. Physiquement et tennistiquement, je joue dans les dix premiers, j’en suis sûr. Maintenant, pour battre les trois ou quatre meilleurs il faut être plus fort.

Avez-vous rêvé de la finale ?

Il peut tout se passer. Je me dis que ce n’était pas loin. L’an passé à Wimbledon, ce n’était pas loin. Ici, Murray peut perdre au 1er tour, je peux aussi le battre, donc ce n’est pas si loin. Ce n’est pas utopique d’y penser, même si c’est compliqué, je ne vais pas dire le contraire. Ce n’est pas à des années-lumière en tout cas.

la rédaction avec ES