RMC Sport

Monfils qui pleure, Simon qui rit

-

- - -

Destins croisés ce jeudi pour Gaël Monfils et Gilles Simon. Après avoir mené 2 sets à 0 face à Tommy Robredo, le premier s’est incliné en cinq sets au 3e tour. Quant à Gilles Simon, mal embarqué contre Sam Querrey, il a finalement gagné son ticket pour les 8e de finale de Roland-Garros où l’attendra Roger Federer.

Nos joueurs français aiment faire durer le plaisir. Et assurer le spectacle. Ce jeudi, à Roland-Garros, Gaël Monfils et Gilles Simon sont respectivement restés 3h46 et 2h53 sur les courts. Mais si le Niçois est sorti vainqueur de son duel en cinq manches face à l’Américain Sam Querrey (2-6, 6-3, 2-6, 7-6, 6-2), Monfils, lui, s’est incliné en autant de sets contre l’Espagnol Tommy Robredo (2-6, 6-7, 6-2, 7-6, 6-2). Contrairement à Gilles Simon, le Parisien, épatant lors des deux premiers tours, était très bien parti pour rejoindre les 8e de finale. Il a même manqué quatre balles de match au 4e set avant de subir la loi du 34e joueur mondial.

Mais à l’heure de l’analyse, c’est un « Monf’ » plein de recul qui a analysé sa défaite du jour. Aussi amère soit-elle. « Il y a toujours une dernière marche qui est dure et la preuve : c’est que j’ai eu des balles de match et je n’ai pas réussi à gagner, fait remarquer le Français. J’aime ce côté physique, cette compétition et j’aime faire craquer mes adversaires physiquement mais voilà de temps en temps, cela arrive de perdre physiquement… c’est un peu rageant. Mais c’est la vie et c’est le sport. »

Simon : « Avoir déjà battu Federer, ça aide »

Philosophe Monfils. Gilles Simon, lui, aura été beaucoup plus acide sur sa prestation du jour. « Je ne reste pas sur un beau match, donc je n'ai pas grand-chose à en tirer. » On ne peut pas donner tort au Niçois. D’entrée, il a fait craindre le pire. Dominée par Sam Querrey (20e joueur mondial), la tête de série n°15, handicapée par les ampoules à la main, a sèchement perdu le premier set, 6-2. Plus percutant au fil des minutes, il a finalement pris le dessus sur l’Américain. Pour s’offrir le droit de défier Roger Federer en 8es de finale.

Un adversaire qu’il a déjà battu deux fois lors de leurs cinq confrontations. « Ça aide, confie Simon. Je sais que je l'ai déjà fait. Mais pour en arriver là, il faudra être très bon ! Il est en confiance donc je sais qu'il n'y aura pas de faux pas de sa part dès le début. Il aura envie de poser son jeu comme il sait bien le faire et ce sera à moi de répondre présent. Je ne sais pas vous mais moi je ne l'ai jamais vu fatigué ! ». Ni baisser autant d’intensité dans un match que ne l’a fait Sam Querrey ce vendredi…

A lire aussi :

Roland-Garros - Tsonga : « Je peux mieux jouer »

Gasquet : « Je suis prêt à tout pour gagner »

dossier :

Gaël Monfils