RMC Sport

Roland-Garros: ça y est, les travaux vont pouvoir reprendre

Roland-Garros

Roland-Garros - AFP

Le Tribunal administratif de Paris a rejeté, ce jeudi, les recours des associations qui s’opposaient à l’extension de Roland-Garros. La modernisation du Grand Chelem parisien va donc pouvoir reprendre.

C’est peut-être la fin d’un long feuilleton juridique. Ce jeudi, le Tribunal administratif de Paris a rejeté les recours des associations qui s’opposaient à l’extension de Roland-Garros. Une étape de plus en faveur de la FFT, après des premières décisions déjà favorables prononcées par le Conseil d'Etat et le Tribunal de grande instance de Paris. Les travaux déjà entamés pourront donc reprendre. Les opposants à ce projet ont encore des possibilités de faire appel, mais ceux-ci ne seront pas suspensif des travaux.

A lire aussi >> Pour son ancien co-directeur, Roland-Garros "peut mourir assez rapidement"

« En écartant la cinquantaine de moyens d'illégalité soulevés, le Tribunal consacre la légalité des permis de construire de ce projet crucial pour l'avenir du tournoi de Roland-Garros et le tennis français. La Fédération Française de Tennis (FFT) se félicite que le droit et la raison l'emportent enfin », indique un communiqué de la FFT.

Fin des travaux prévue en 2020

« Les travaux vont donc continuer et les nouveautés très attendues par le grand public, les joueurs, les médias et les partenaires s’effectueront au fil des prochains tournois, poursuit la Fédération dans ce communiqué. Ainsi, seront livrés dès 2018 le nouveau village, les nouveaux courts 7 et 9, un nouveau show court sur le Fond des Princes, ainsi que le bâtiment des meulières. Dès 2019, le court des Serres verra le jour et le court Philippe-Chartrier sera rénové en grande partie ainsi que toute la zone Fond des Princes. Et enfin en 2020, les publics pourront apprécier l’ensemble du nouvel écrin qui valorisera l’histoire, le patrimoine et l’élégance d’un lieu mythique que le monde nous envie. »

A lire aussi >> Roland-Garros 2017: la nouvelle affiche renversante 

la rédaction avec AFP