RMC Sport

Roland-Garros : Monfils est-il prêt ?

Gaël Monfils est-il prêt pour ce Roland Garros ?

Gaël Monfils est-il prêt pour ce Roland Garros ? - -

Finaliste à Nice samedi, le Français Gaël Monfils (81e au classement ATP) retrouve Roland-Garros ce lundi. Il affrontera le Tchèque Tomas Berdych, n°6 mondial, pour un premier tour qui s’annonce compliqué.

Il sort d’une victoire au challenger de Bordeaux et d’une finale à Nice, mais c’est plein de doutes que Gaël Monfils arrive à Roland Garros. De retour de blessure depuis quelques semaines, sans entraîneur, « la Monf’ » est dans le flou. D’autant que sur sa route se dresse un costaud, dès le premier tour ce lundi, en la personne du Tchèque Tomas Berdych, 6e mondial. « C’est le match du premier tour ! s’enthousiasme le Directeur technique national, Patrice Hagelauer. Je crois que Berdych ne doit pas être très heureux de jouer Gaël. Personne n’aime le jouer au premier tour. En tous cas, Gaël doit être heureux. Il aime ce genre de challenge. Ça doit l’exciter. »

Mais la grande incertitude concerne son état de forme, 48 heures après sa défaite face à Albert Montanes (6-0, 7-6). Il se dit « fatigué », même s’il assure qu’il sera « à 100% ». Eric Winogradsky, qui a été son entraîneur pendant quelques semaines, estime que le Français avait besoin d’enchainer. « L’objectif, c’était d’arriver à refaire une bonne série de matchs. C’est chose faite ces deux dernières semaines. Il fallait qu’il retrouve de la confiance et surtout du rythme pour aborder Roland-Garros dans les meilleures conditions. » Mais pour Patrice Dominguez, membre de la Dream Team RMC Sport, « c’est déjà extraordinaire qu’il ait gagné neuf matchs en deux semaines. Ça ne lui était pas arrivé depuis deux ans. On a retrouvé un semblant de Monfils ! »

Monfils « comme un enfant »

Forfait l’an dernier, Gaël Monfils retrouve son Grand Chelem fétiche, où il avait atteint les demi-finales en 2008. « C’est motivant, cela donne beaucoup d’énergie, assure-t-il. Ça faisait longtemps que je n’étais pas venu ici, je suis comme un enfant. » Mais s’il est motivé, Monfils aborde surtout ce tournoi sans coach. Début mai, il s’est séparé d’Eric Winogradsky. Depuis, il s’entraîne seul, en attendant de retrouver un entraîneur. « Ce que est marrant, c’est que ce sont les journalistes ou certains amis qui veulent que j’aie un coach. Moi aussi j’en veux un, mais il faut le trouver ! » Jo-Wilfried Tsonga avait mis 18 mois à chercher. Mais l’année dernière, cette situation ne l’avait pas empêché d’aller jusqu’en quarts de finale à Roland-Garros. Pour Gaël Monfils, un tel parcours serait un petit miracle.

A lire aussi :

- Roland Garros : Qui pour détrôner Nadal ?

- Dominguez : « Hewitt ? Un exemple d’attitude et de sportivité »

- Gilles Simon : « Je reste en vie »

dossier :

Gaël Monfils

Apolline Bouchery, avec Camille Gelpi et Eric Salliot