RMC Sport

Roland-Garros: programmation, tribunes vides... l'organisation répond aux critiques

Matchs interrompus, déprogrammation, temps capricieux, loges vides, affluences mitigées… Les critiques n’ont pas épargné Roland-Garros cette année. En conférence de presse, le directeur du tournoi, Guy Forget, et le président de la Fédération, Bernard Giudicelli, ont pourtant livré un bilan positif.

"Le parcours des Français a été satisfaisant"

"Le parcours des Français a été satisfaisant même si les anciens n’ont pas été au rendez-vous, pour des raisons diverses, analyse Guy Forget. Je veux souligner le parcours de Paire, Herbert, Mahut et les jeunes Moutet et Hoang qui ont montré que leurs wild card étaient méritées. Grégoire Barrère aussi s’est illustré en atteignant le deuxième tour. Chez les femmes vous avez peut-être découvert Diane Parry. Quand on s’inquiète sur l’avenir du tennis français, on peut être optimiste avec Diane."

Record d’affluence battu, audiences plus mitigées

"Pour parler chiffres et audiences... Notre record a été battu: 520.000 spectateurs, on passe la barre du demi-million, détaille Guy Forget. Le tournoi était toujours sold-out (à guichets fermés). Les audiences ont été moyennes sur France Télévision: 1,3 million soit 15,6 % de part d’audience. Avec un pic d’audience lors du match entre Paire-Nishikori (Ndlr. En huitième de finale) avec 3.698.000 téléspectateurs."

A lire >>> Guy Forget vole au secours de Novak Djokovic

"Les problèmes des loges ne sont pas nouveaux"

"Le problème des loges n’est pas nouveau, rappelle le directeur du tournoi depuis 2016. Nous travaillons dessus depuis plusieurs années. Nous essayons de trouver de nouveaux moyens pour les remplir. D’un point de vue économique nous ne pouvons pas refuser ces partenaires, précise-t-il. Nous sommes conscients que nous devons aller plus loin. D’autres tournois sont confrontés à ce problème".

Bernard Giudicelli abonde. "Pour les loges, si nous ne vendions que des entrées générales sans prestations, c’est l’économie même du tournoi qui en serait affectée, juge le président de la FFT. Nous ne pourrions donner le prize money, nous ne pourrions pas développer le stade, investir dans la formation des jeunes... Les tribunes sont souvent vides en début de match. On va analyser les données, les flux. Dès mardi, nous aurons une première réunion pour nous atteler sur le dossier. Tous les spectateurs ont été ravis."

A lire >>> Mladenovic sacrée en double avec Babos

Des nouveautés l’année prochaine?

La phase 4 sur 5 des travaux commence le 21 juin avec la destruction du court numéro 1. Les travaux se poursuivront dans le stade jusqu’en 2021. Nous aurons alors un stade éco-responsable et nous comptons faire vivre ce stade à l’année, promet le président de la FFT. A côté, des courts pourraient bénéficier d’éclairages, dont le Chatrier (qui aura son toit dès l'année prochaine), le Lenglen, le Simonne Mathieu et le 14. Cela devra offrir la possibilité d’organiser des night sessions à l’horizon 2021, comme c’est le cas sur d’autres Grands Chelems.

PL avec Nicolas Bensussan