RMC Sport

Roland-Garros: un record de fréquentation, malgré quelques trous en tribunes

Roland-Garros

Roland-Garros - AFP

Bernard Guidicelli, le président de la Fédération française de tennis, a annoncé ce dimanche que Roland-Garros avait battu son record de fréquentation avec plus de 470 000 spectateurs. Même si quelques trous ont été notés dans les tribunes.

Un cru record. Roland-Garros n’avait jamais attiré autant de spectateurs qu’en ce printemps 2017, même si quelques trous ont été visibles dans les tribunes des courts Philippe-Chatrier ou Suzanne-Lenglen lors de la quinzaine. "Je suis très heureux de vous annoncer que nous avons battu notre record de fréquentation, avec 471 274 spectateurs, a expliqué le président de la Fédération française de tennis, Bernard Guidicelli, ce dimanche. Il s’ajoute un deuxième record, celui des qualifications, qui ont été fréquentées puisqu’il y a eu plus de 21 000 billets vendus."

A voir aussi >> Roland-Garros en direct : la finale Nadal-Wawrinka

"L’audience télé a aussi été importante, a-t-il ajouté. Il y a 31 millions de Français qui ont vu au moins une minute du tournoi, jusqu’au 8 juin inclus. Notre meilleur match a été le match Cornet-Garcia du 5 juin, avec 3,4 millions de personnes qui ont assisté à ce 8e de finale. La meilleure journée a été celle des demi-finales hommes, avec une performance de France 4 sur la prise d’antenne pour le 2e match. Le tournoi devient aussi de plus en plus vu sur le digital."

A voir aussi >> Précocité, samba, embrouilles… sept choses à savoir sur Ostapenko, la jeune vainqueur de Roland-Garros

Forget : "On essaye d’y remédier"

Quant aux sièges vides, l’organisation réfléchit à des solutions. Notamment pour les matchs féminins. "J’en ai parlé avec le patron de la WTA, a confié Bernard Guidicelli. Il ne faut pas négliger qu’il y a un réel enjeu aujourd’hui sur l’attractivité du tennis féminin. L’arrivée de Jelena (Ostapenko) est quelque chose de positif. On le sait, aujourd’hui, il y a un vrai problème d’attractivité du tennis féminin." Mais il y a eu aussi des trous pour les rencontres masculines.

"C’est quelque chose qu’on peut voir sur d’autres tournois du Grand Chelem, a souligné Guy Forget, directeur de Roland-Garros. Il y a certaines catégories du public qui achètent des billets, une prestation, qui vont déjeuner... On sait que lorsqu’on joue le premier ou le deuxième match de l’après-midi, il y a des emplacements qui sont vides. On essaye d’y remédier. Ce n’est jamais très agréable quand on voit des espaces qui sont relativement vides. Les deux demi-finales avec des sessions séparées, c’était un moyen de remédier à ça. Le spectateur, parfois, n’est pas prêt à rester six, sept, huit heures sur un fauteuil en plein soleil." Ce partage des demies a d’ailleurs été jugé comme "un succès" par Bernard Guidicelli.

VIDEO >> Giudicelli : "Il faut haïr la défaite"

LP avec CG