RMC Sport

Roland-Garros : un selfie qui ne fait pas rire Federer

Qualifié ce dimanche pour le deuxième tour de Roland-Garros, Roger Federer a vu débarquer un adolescent sur le court après la rencontre pour prendre un selfie avec lui. Une intrusion qui n’a pas vraiment été du goût du Suisse et a forcé l’organisateur à s’expliquer sur les conditions de sécurité du tournoi.

L’un sur le Central, l’autre sur le Lenglen. En même temps. Roger Federer et Stan Wawrinka entraient en lice ce dimanche matin à Roland-Garros. Et les deux Suisses n’ont pas traîné pour rejoindre le deuxième tour. Le premier a disposé du Colombien Alejandro Falla (6-3, 6-3, 6-4) en 1h49 et le second a écarté le Turc Marsel Ilhan (6-3, 6-2, 6-3) en 1h36 pour effacer son élimination au même stade de la compétition l’année dernière.

Pour Roger Federer, la seule surprise a été de voir débarquer un spectateur sur le court à l’issue du match, pour un selfie osé, qui a échappé à la vigilance des membres de la sécurité.

Federer : « Ce n'est pas une situation agréable »

« Le court, c'est là où on travaille, où l'on voudrait être en sécurité, à regretté le n°2 mondial. Il ne s'est rien passé heureusement, mais ce n'est pas une situation agréable. J'ai parlé avec l'organisation pendant quelques minutes. Ils se sont excusés et je leur ai dit ce que je pensais. C'est la deuxième fois cette année que ça m'arrive. Le garçon ne m'a rien dit, il voulait juste prendre une photo. Tout d'un coup, il s'est retrouvé à côté de moi, je ne le connais pas. Personne n'a réagi jusqu'à ce que je réalise que c'était quelqu'un sorti de la foule. »

Ysern : « Les joueurs n’ont pas été mis en danger »

Décidément très sollicité en ce début tournoi, entre cette affaire et celle du papier sur le site officiel qui a provoqué la colère de Stan Wawrinka, le directeur de Roland-Garros a assuré que les boulons allaient être resserrés. « Les joueurs sont très pros. Ils attendent de l’organisateur autant de professionnalisme, a déclaré Gilbert Ysern. C’est complétement normal que Federer n’ait pas apprécié ce qui s’est passé cet après-midi. Alors, il faut en relativiser la portée dans le sens où les joueurs n’ont pas été mis en danger. La démarche de la personne qui est rentrée sur le court n’était pas du tout agressive. Ils ont laissé passer ce garçon au motif qu’il n’était pas agressif. On va ré insister, les gens sont briefés, rebriefés. Là, il y a eu une erreur de jugement qui nécessite qu’on remette les points sur les i. Mais croyez-moi, ce sera fait avec la plus grande fermeté pour pas que ça ne se reproduise. »

dossier :

Roger Federer