RMC Sport

Royal : "Pour Roland-Garros, il y avait d’autres solutions"

Ségolène Royal

Ségolène Royal - AFP

Invitée ce jeudi de RMC et BFMTV, Ségolène Royal a réagi au feu vert du gouvernement pour le projet d’extension de Roland-Garros par le Jardin des serres d’Auteuil. La Ministre de l’Ecologie a pris acte de la décision… mais regrette que le projet alternatif n’ait pas trouvé un écho favorable.

Alors que le gouvernement a décidé de donner son feu vert au projet d'extension de Roland-Garros défendu par la Fédération française de tennis (FFT), la ministre de l'Ecologie, invitée ce jeudi matin de RMC et de BFMTV sur BFMTV a déploré ce choix. « Ma conviction profonde, c’est qu’on peut aménager le pays tout en protégeant des espaces naturels remarquables, a affirmé Ségolène Royal. Je suis membre du gouvernement, alors je ne vais pas faire de polémique. La FFT n'a pas voulu examiner sérieusement le projet alternatif. Mais il y avait d'autres solutions. Je suis dans la discipline gouvernementale. Mais nous sommes en démocratie, dans un Etat de droit. Je crois que les associations, qui défendent farouchement l’environnement des Français, vont utiliser les moyens de droit pour faire respecter les grands principes constitutionnels. »

Pour rappel, soutenue par la Ville de Paris, concessionnaire du site, la Fédération Française de Tennis a opté pour une extension de Roland-Garros vers le Jardin des serres d'Auteuil, avec un nouveau court semi-enterré construit dans une partie non classée du jardin… pour un montant estimé entre 350 et 400 millions d'euros. Les opposants au projet, eux, militent pour une option alternative : la couverture de l'autoroute A13 et l'extension du stade vers cette dalle de béton, au nord.

Une option dont la FFT ne veut pas entendre parler car moins bonne sur le plan opérationnel et plus coûteuse de 40 à 60 millions d'euros. Mercredi, le premier ministre Manuel Valls a confirmé que l'Etat rendra « d'ici la fin de la semaine » un avis favorable sur le projet d'extension présenté par la FFT.

la rédaction