RMC Sport

Tennis: "Oui, on compte les sous", admet le président de la FFT Gilles Moretton

Interrogé en marge de la conférence de presse d’intronisation d’Amélie Mauresmo en tant que directrice de Roland-Garros, Gilles Moretton, président de la Fédération française de tennis (FFT), a balayé quelques sujets d’actualité. Avec franchise.

Si Gilles Moretton n’a pas souhaité détailler les différends avec Guy Forget qui ont amené au non-renouvellement du contrat de l’ancien patron de Roland-Garros et Bercy, le président de la Fédération française de tennis (FFT), n’a pas caché jeudi que la recherche d’économies a été au cœur des négociations. Et il faut savoir lire entre les lignes...

"Il y a des contrats qui ont pu être signés avant ma présidence... Il est évident qu’on arrive dans une situation à la Fédération où il y a eu l’effet Covid, où il y a eu des pertes considérables, a-t-il souligné, à l'occasion de la présentation d'Amélie Mauresmo comme nouvelle directrice de Roland-Garros. "Quand vous regardez le profil de gens qui dirigent la FFT, tant à mon niveau qu’à celui de la direction générale, on compte les sous, a-t-il ajouté. Moi, je suis issu de la petite entreprise. Amélie Oudéa-Castera, elle, vient de la grande distribution où on sait que les marges sont à 0,01%. Oui, on compte, on regarde, on fait attention. Et, surtout, on est vigilants sur les prestations qui sont en face. Faire en sorte qu’on puisse avoir des gens impliqués, qui justifient les montants".

Par ailleurs, Gilles Moretton s’est exprimé sur la Coupe Davis, dont le format a une nouvelle fois été revu par le groupe Kosmos. "J’ai appris avec surprise qu’en trois ans, on va changer trois fois de formule, a-t-il déclaré. Pour moi, ce n’est pas un très bon signe. Je crains que, malheureusement, les choses soient entérinées pour les cinq années à venir".

France-Équateur à Marseille pour combler le manque?

Éliminée en poule à Innsbruck, la France va devoir regagner sa place parmi l’élite lors d’un match de qualification, le vendredi 4 et le samedi 5 mars 2022 face à l’Équateur, à la maison. "Je suis ravi d’avoir une étape en France. Ça va faire un bien fou à notre club de supporters, s’enthousiasme le président de la FFT. On va retrouver une super ambiance, comme on en avait l’habitude. Les matches domicile/extérieur restent l’ADN de la Coupe Davis".

Même si la France manque de belles salles, il est probable que les candidatures abondent. D’après les informations de RMC Sport, Marseille va déposer un dossier. La ville phocéenne a des arguments car le match face aux Équatoriens aura lieu juste après l’Open 13, programmé du 14 au 20 février. Les organisateurs garderaient ainsi le Palais des Sports en configuration tennis. Autre argument de poids: Marseille est en manque des Bleus. En 1991, la rencontre France-Israël, initialement prévue à Marseille avait été repoussée pour des raisons de sécurité liées à la guerre du Golfe. Et elle avait été déplacée à Rennes. Né dans les Bouches-du-Rhône, le capitaine Sébastien Grosjean pourrait pousser pour ce projet.

Éric Salliot