RMC Sport

Wimbledon: le crève-cœur de Mannarino, qui a mené puis abandonné face à Federer

Alors qu'il menait 2 sets à 1 face à Roger Federer ce mardi à Wimbledon, Adrian Mannarino s'est blessé au genou, ce qui l'a contraint à l'abandon. Le Suisse, qui s'en sort bien, est au deuxième tour.

En quelques secondes à peine, le match de sa vie est devenu un crève-cœur. Alors qu’il menait au score face au maître des lieux, Roger Federer, au premier tour de Wimbledon, Adrian Mannarino a été contraint à l’abandon à la fin du quatrième set (4-6, 7-6 [3], 6-3, 2-6). Le Français s’est blessé au genou droit au court d’un échange.

Le jour de son anniversaire

Les choses se passaient jusque-là comme dans un rêve pour Mannarino, qui fêtait ce mardi son 33e anniversaire. Le 41e joueur mondial avait certes concédé le premier set, mais avait déroulé par la suite. Il avait d’abord fait complètement craquer Federer dans le tie-break avant de nettement le dominer dans le troisième set, le Suisse apparaissant aux abois sur certains points.

Le déroulé du quatrième set n’en a été que plus cruel: Mannarino a eu des balles de break d’entrée, non converties, puis a laissé l’ancien n°1 mondial s’envoler. Dos au mur, à 4-2, le Français a alors fait une sale chute, qui a entrainé une torsion de son genou. Il est ensuite passé par sa chaise, puis entre les mains du kiné, avant de revenir sur le court pour finir le set. Mais rien n’y a fait : il ne pouvait plus pousser son genou et a dû jeter l’éponge.

Federer: "Il était le meilleur"

Le Français est sorti sous les ovations du public et a gagné le respect de Federer, très fair-play et conscient de sa réussite. "C'est horrible. J'espère qu'il n'a rien, ça montre aussi qu'une balle peut changer le court d'une saison. Il était le meilleur jusqu'ici, a reconnu l’homme aux 20 titres de Grand Chelem. Il pouvait gagner. J'ai eu un petit peu de chance, mais ce n'est pas vraiment ce qui compte, j'espère qu'il va revenir vite."

L’Helvète, qui retrouvera au prochain tour Richard Gasquet, n’a pas vraiment convaincu pour son retour. Il avait déclaré forfait en huitièmes de Roland-Garros, ne voulant pas "prendre de risques" en forçant sur son genou, et a fait de ce Wimbledon son objectif. "Cela me donne une chance de jouer un autre match, a-t-il reconnu. Bien sûr, je me serais battu jusqu'à la fin."

Corentin Parbaud Journaliste RMC Sport