RMC Sport

Vendée Globe: Le Cam raconte le sauvetage fou d'Escoffier

Jean Le Cam (Yes We Cam!) a expliqué les circonstances de son sauvetage de Kevin Escoffier (PRB) dans la nuit de lundi à mardi après avoir passé 11 heures sur un radeau de survie.

Le soulagement est immense! Tout s'est bien terminé pour Kevin Escoffier (PRB), secouru dans la nuit de lundi à mardi par Jean Le Cam après avoir avait passé près de 11 heures à bord de son radeau survie dans lequel il avait pris place mardi après-midi après avoir dû quitter en urgence son bateau, après avoir constaté une importante voie d'eau. Il était alors dans les 40e Rugissants dans un vent fort et une mer très formée. 

"Je reviens là où j’avais quitté Kevin mais là, personne!"

Dans une vacation de ce mardi, Jean Le Cam a expliqué les circonstances de son sauvetage. "J'étais le plus près de l'objectif, je me suis rendu à la position où la balise disait que le bateau était en détresse, explique le skipper de Yes We Cam! J’arrive sur zone et puis nickel, je vois Kevin dans son radeau. Je lui dis, comme j’ai la position: 'je reviens, on ne va pas faire ‘n'importe quoi'. J’avais deux ris dans la grand voile avec 30 nœuds, avec la mer qu’il y avait, ce n’était pas fastoche pour manoeuvrer. Je reviens là où j’avais quitté Kevin mais là, personne! Je suis revenu cinq ou six fois avec des virements de bord." 

>> Toutes les infos sur le sauvetage de Kevin Escoffier EN DIRECT

"Je me suis dit que j'allais rester en stand-by et que j’allais attendre de jour. Mais, je me suis dis que la lumière se voit mieux la nuit. A un moment, j’étais debout sur le pont et je vois un flash. C’était la lumière (du radeau) qui apparait dans un vague. Je me suis dit: 'c'est pas vrai!'. Je continue et je vois des apparitions là, tu vois de plus en plus la lumière. Là, tu dis, c’est bon. Tu passes du désespoir à un truc de dingue. Je me suis mis au vent et je vois Kevin. Il m'a demandé: 'tu reviens?". J'ai dit: 'non, on le fait tout de suite'. Je lui ai balancé la bouée rouge et il arrive à l’avoir et on a réussi. Il a accroché la barre de transmission et c’était gagné, bonheur."

Le bateau d'Escoffier s'est cassé en deux

Selon Jacques Caraës, directeur de la course du Vendée Globe, le bateau PRB de Kevin Escoffier a subi une avarie brutale. Et tout s'est passé très vite. "La balise de détresse a été actionnée, cela correspond à une demande prioritaire. Jean-Marc Le Failler, son manager, a aussi reçu un message très rapide: 'je demande assistance, je coule, ce n'est pas une connerie'. Ça s'est passé d'une façon hyper brutale, le bateau s'est cassé en deux, l'étrave est montée à 90 degrés. Il a juste eu le temps de revêtir sa combinaison de survie et de se mettre à l'eau avec son bib, son fameux radeau de survie qui se gonfle automatiquement avec une balise de détresse sur le dos et une petite balise personnelle."

dossier :

Vendée Globe

NC