RMC Sport

Vendée Globe: Nicolas Troussel a demâté au large du Cap-Vert

Nicolas Troussel, skipper de Corum l'Epargne, a démâté dans la nuit de dimanche à lundi sur le Vendée Globe. C'est le premier abandon de l'édition 2020-2021.

Premier abandon sur le Vendée Globe. Nicolas Troussel, 7e du classement général, a démâté dans la nuit de dimanche à lundi, ont annoncé les organisateurs. Le skipper de Corum l'Epargne se situait au Nord-Ouest du Cap-Vert où il devrait se dérouter pour se mettre à l'abri et évaluer les dégâts. 

La direction de course a précisé que la navigateur n'était "pas blessé". "Il est en train de faire les manœuvres nécessaires afin de mettre le bateau en sécurité, indique le communiqué. Le lever du jour permettra de mieux évaluer la situation."

Le navigateur et son bateau "filaient à vive allure dans un début d'Alizés", précise le communiqué. Septième au moment de l'avarie, Nicolas Troussel avait déjà perdu une place au classement mis à jour à 8 heures. Il pointait en 8e position à 472 milles d'Alex Thomson (Hugo Boss), leader.

Son équipe précise que Nicolas Troussel a démâté vers 7h30 ce lundi matin alors que les conditions étaient bonnes et qu'il naviguait à bonne vitesse à 20 noeuds (environ 37km/h) dans une mer calme. Il faisait nuit et il était à l'intérieur de son bateau. Il a appelé brièvement à terre pour annoncer la mauvaise nouvelle précisant qu'il allait bien mais sans pouvoir voir les dégâts engendrés par la casse du mât sur le pont et éventuellement la coque et encore moins déterminer les causes de l'avarie.

Un bateau neuf mis à l'eau il y a six mois

Un point sera fait en fin de matinée. Si possible, Troussel devrait tenter de fabriquer un gréement de fortune en bricolant ce qui reste du mât pour rejoindre la terre la plus proche la Cap Vert.

C'est le premier abandon de ce Vendée Globe 2020. A 46 ans, Nicolas Troussel dispute son 1er Vendée Globe. Son bateau Corum L'Epargne était un bateau neuf avec foilers de dernière génération mis à l'eau il y a seulement 6 mois, le 5 mai dernier, et construit chez Mer Agitée l'écurie de course de Michel Desjoyaux.

Ce n'est pas le premier pépin rencontré par l'un des 33 concurrents du Vendée Globe. Kevin Escoffier (PRB) a réparé une voie d'eau sur son embarcation la semaine dernière alors qu'Arrmel Trippon (L’Occitane en Provence) s'est dérouté vers les côtes espagnoles pour réparer, seul, le hook de son J3. 

Le sort s'est encore plus acharné sur Jérémie Beyou (Charal), l'un des favoris de l'épreuve qui a décidé de rentrer aux Sables d'Olonne après une série d'avaries, causées notamment par un choc avec un OFNI. Il doit décider ce lundi s'il peut réparer et repartir en mer. 

dossier :

Vendée Globe

NC