RMC Sport

Vendée Globe: sauveur d'Escoffier, le roi Jean Le Cam est arrivé et finit 4e

Après une course folle, marquée par son sauvetage de Kevin Escoffier dans un océan Indien déchaîné, Jean Le Cam a franchi ce jeudi soir la ligne d'arrivée du Vendée Globe aux Sables-d'Olonne, après 85 jours, 5 heures, 59 minutes et 55 secondes de course. Grâce à une bonification de temps, il se classe quatrième.

Il n'a pas gagné et n'a pas pu se hisser sur le podium. Mais pour avoir réussi le sauvetage périlleux de Kevin Escoffier, le "Roi Jean" est l'autre vainqueur de ce huitième Vendée Globe officiellement remporté par Yannick Bestaven. Près de vingt-quatre heures après le premier retour aux Sables-d'Olonne, celui de Charlie Dalin, Jean Le Cam a franchi ce jeudi soir la ligne d'arrivée en huitième position, après 85 jours, 5 heures, 59 minutes et 55 secondes de course. Mais grâce à la bonification accordée par les organisateurs, la quatrième place du classement lui revient.

C'est justement parce qu'il a dû mettre entre parenthèses sa course, en se déroutant pour aller sauver Kevin Escoffier dans conditions dantesques, que Jean Le Cam a bénéficié d'une bonification. Ce sont précisément 16 heures et 15 minutes qui ont été retranchées de son temps de course. Ce qui lui permet de passer devant Boris Hermann, pourtant arrivé en début de journée.

Sauveteur après avoir été sauvé

À bord de Yes We Cam!, le doyen de 61 ans a disputé son cinquième Vendée Globe. Il n'a donc pas pu égaler ou surpasser son meilleur résultat, la deuxième place obtenue au terme de l'édition 2004-2005. 

Qu'importe, Jean Le Cam a "rendu fier tous les gens de mer", comme le lui a dit Emmanuel Macron dans une discussion en vidéo. En allant à la rescousse de Kevin Escoffier, qui était en totale détresse pendant plus d'onze heures après avoir vu son bateau se casser en deux dans une mer agitée au large du cap de Bonne-Espérance, le vétéran des océans a témoigné de son humanité et rappelé aux néophytes que leur passion pouvait être fatale. Lui-même avait été sauvé d'un naufrage par Vincent Riou, lors du Vendée Globe 2008-2009.

"Les gens ont besoin de choses simples qui rassurent"

"Vous avez montré que c'est pas qu'une compétition, lui avait aussi lancé le président de la République. C'est aussi des valeurs et de la camaraderie. Chapeau d'avoir fait ça. (...) Les gens ont besoin de choses simples qui rassurent, ce genre de choses fait partie des vraies valeurs je pense". Même si ses espoirs de victoire étaient évidemment ruinés, le Breton a constamment partagé sa bonté dans ses interventions médiatiques post-sauvetage. "Mon vieux bateau a un certain âge, comme son capitaine, mais on forme une bonne équipe tous les deux", avait-il souri sur l'antenne de BFMTV, en apprenant qu'il était mieux classé que ce qu'il espérait.

Son retour sur la terre ferme était évidemment très attendu par son ancien colocataire impromptu. "Je viens pour lui. S’il a le temps et l’envie de prendre un verre pour en reparler, je serai là, a prudemment confié Kevin Escoffier à Ouest-France. C’est à lui de donner le tempo et d’en profiter un maximum en étant un peu égoïste". Normal, après tant d'altruisme en pleine mer.

dossier :

Vendée Globe

JA