RMC Sport

Voile: la réponse cinglante des skippers à François Gabart, privé de Route du Rhum

Armateurs et skippers de la classe Ultim ont répété lundi leur opposition à l'homologation pour la Route du Rhum du géant des mers de François Gabart, accusé d'avoir privilégié la performance au détriment d'une obligation de sécurité.

Le feu couvait dans la classe Ultim 32/23, la maison brûle désormais. Les déclarations incendiaires de François Gabart, qui dénonçait "un imbroglio pas très sportif", ont froissé les autres armateurs et skippers, plus que jamais déterminés à défaire ses arguments. Dans un communiqué conjoint, ils enjoignent François Gabart à s’en tenir aux règles édictées. Gabart accusait ses adversaires de vouloir l’empêcher de participer à la Route du Rhum 2022 en refusant d’homologuer son maxi-trimaran SVR Lazartigue. La réponse est cinglante. Petit rappel des faits pour commencer.

Selon François Gabart, la classe Ultim reproche à son maxi-trimaran très avant-gardiste de ne pas être conforme au point 3.11 des règles internationales de course au large. Celui-ci dit que les winchs - moulins qui sont actionnés par le skipper pour reprendre les cordages - ne peuvent, en aucun cas être situés sous le pont, zone qui se doit d’être étanche. "François Gabart conteste cette infraction, car il juge que son cockpit n’est pas une zone étanche, positionnée sous le pont, comme cela lui est reproché", rappelle Ouest France.

Pour Gabart, c'est une question d'interprétation des règles: "Il y a eu une expertise mandatée par la classe Ultim qui a conforté notre interprétation. Un jaugeur et un membre de la Fédération française de voile ont confirmé aussi", avait-il expliqué à l'AFP vendredi.

Armel Le Cléac'h: "C'est ça l'esprit sportif"

"À l’issue de la Transat Jacques Vabre, courue sous dérogation pour SVR, les acteurs de la classe ont fait valoir la demande de conformité du trimaran, développe la Class Ultim dans son communiqué, ce lundi. Fin décembre 2021, et face à l’impasse des négociations pour tenter de résoudre les divergences, un comité d’experts a été mandaté par la Classe Ultim 32 / 23 sur proposition de la FFVoile. L’interprétation des experts ne menant toujours pas à un consensus auprès des armateurs d’Ultims, une dernière alternative a été proposée et validée par tous le 16 février 2022 lors d’une réunion rassemblant l’ensemble des armateurs Ultims sous la médiation de la FFVoile : faire appel à l’arbitrage international des OSR pour trancher."

Le 23 février, un avis négatif était finalement rendu, "arguant que SVR-Lazartigue ne remplissait pas les critères de conformité requis pour faire valoir l’obtention de son certificat de jauge par la Classe". Plusieurs skippers ont expliqué lundi que la question avait été évoquée dès la mise à l'eau du bateau en juillet 2021. Compte tenu des délais, ils avaient accepté de signer une dérogation pour l'autoriser à participer à la Transat Jacques Vabre (2e), à condition qu'il modifie son bateau pour 2022.

"Dans les régates, il y a des règles qui existent qui sont les mêmes pour tous, a rappelé Armel Le Cléac'h, Skipper du Maxi Banque Populaire XI. Aujourd’hui, le trimaran SVR-Lazartigue ne la respecte pas et ne respecte donc pas l’équité sportive. C’est dommage, nous avons tous envie de courir contre François (Gabart), d’avoir de nombreux bateaux sur la ligne de départ. Mais la priorité, avant tout, c’est de respecter les règles du jeu pour qu’ensuite le meilleur gagne sur l’eau avec son bateau, sa stratégie et sa préparation. C’est ça l’esprit sportif."

En l’absence d’homologation, François Gabart ne peut pas participer aux courses de la classe Ultim, comme la Route du Rhum 2022. Un coup difficile à encaisser pour celui qui a fini 2e de l’édition 2018.

QM