RMC Sport

Voile: Le Cléac'h a "l'envie de retourner naviguer" après le chavirage de son bateau, et vise déjà la Route du Rhum

Armel Le Cléac'h

Armel Le Cléac'h - DAMIEN MEYER / AFP

Armel Le Cléac’h, victime du chavirage de son maxi-trimaran la semaine passée, a réagi pour la première fois à sa mésaventure et partagé ses ambitions au micro de RMC Sport.

"Tout a basculé en quelques secondes." Alors qu'il était en convoyage en direction de Nice, le nouveau trimaran d'Armel Le Cléac'h (Banque Populaire IX) a chaviré au large du Maroc à 3h du matin dans la nuit du 13 au 14 avril. Le skippeur est revenu au micro de RMC Sport sur le déroulement de cet accident.

"La mer était encore un peu agitée mais les conditions étaient vraiment en train de s’améliorer par rapport aux jours précédents, on nous annonçait beaucoup moins de vent dans les heures à venir, du coup j'ai décidé d'aller faire une sieste quelques minutes pour me reposer", se souvient-il.

"Le bateau était avec les voiles qu’il fallait pour ces conditions-là sans être trop surpuissant, il naviguait depuis quelques heures sur ces mêmes réglages. Cinq minutes après m’être endormi j’ai senti le bateau qui commençait à se lever très très vite."

"Le ciel nous tombe sur la tête"

Pour faire face à cette situation inattendue, Armel Le Cléac'h a alors actionné une poignée prévue en conséquence, située à proximité de sa position, pour larguer la grande voile et enlever un peu de surpuissance. Mais "ça n’a pas suffi."

"Le bateau est monté très vite, je n’ai pas pu voir combien de vent il y avait à ce moment-là. Et puis le bateau a basculé entièrement et s’est mis à l’envers", explique-t-il.

Le skipper s'est alors retrouvé les pieds dans l'eau, dans l'habitacle, avant de réussir à rentrer à l'intérieur de la coque centrale, qui est elle, protégée de l'eau. Il y a retrouvé ses deux coéquipiers, puis a appelé les premiers secours.

"C’est terrible parce qu’on sent que le bateau est en train de chavirer, on se dit que ce n’est pas possible, que c’est le ciel qui nous tombe sur la tête. Mais il faut quand même avancer, gérer la priorité qui était d’abord de savoir si personne n’était blessé, puis ensuite sécuriser le bateau."

"De la déception et de la frustration"

Les autorités maritimes sont arrivées à 3h du matin. A ce moment-là, si "physiquement, ça va" pour les trois hommes, les séquelles sont plutôt morales.

"On a tous été attristés et déçus par ce qu’il s’est passé, parce que c’était des conditions d’entraînement, on était partis de Lorient depuis plusieurs jours, tout se passait très bien. On avait eu des condition de mer et de vent très fortes 24h auparavant, les conditions s’amélioraient. Il y a de la déception et de la frustration d’avoir ce bateau qui est abîmé et qu’il va falloir réparer pour la suite", déplore-t-il.

"C’est toujours un moment compliqué parce que ce sont des heures et des heures de travail pour avoir un bateau comme ça à l’eau, c’est beaucoup d’énergie, c’est un projet qui était bien ficelé notamment dans les jours et les semaines qui venaient avec une campagne en Méditerranée qui était prévue pour pas mal d’opérations de relations publiques qui sont maintenant annulées".

"Apprendre pour faire progresser la sécurité"

En raison de cet accident, Armel Le Cléac'h et ses coéquipiers ne pourront pas prendre le départ de la Nice UltiMed (25 avril-6 mai) comme prévu. Après la déception, il préfère maintenant tirer des conséquences de cette mésaventure et se concentrer sur ses futurs objectifs.

"Maintenant on va apprendre de ce chavirage pour faire progresser la sécurité et pour que ça n’arrive plus. Maintenant l’objectif c’est d’être au départ de la Route du Rhum, on est capable de la faire. Je dirais que la motivation est décuplée parce que je me sens un peu responsable de ce qui arrive autour de moi et de tout ce programme qui change. Donc il va falloir retrousser les manches pour relever ce défi qui va être encore plus haut à gravir que ce qu’il n’était avant ce chavirage", se remotive-t-il.

"Si je pouvais par un coup de baguette magique remettre le bateau à l’eau demain et repartir en solitaire, je le ferais avec grand plaisir et grosse envie."

A lire aussi >> Banque Populaire IX a chaviré, Le Cléac'h et l'équipage en sécurité au Maroc

C. P. Pierre-Yves Leroux