RMC Sport

Affaire Calvin: La Fédération d’Athlétisme "n'avait pas été alertée"

Clémence Calvin

Clémence Calvin - AFP

Face à la révélation d’un contrôle présumé refusé par Clémence Calvin, vice-championne d’Europe sur marathon, la Fédération Française d’Athlétisme a publié un communiqué très prudent ce vendredi en rappelant qu'elle n'avait pas été alertée de ces faits en vertu du secret de l'instruction.

Le monde français de l’athlétisme traverse une violente secousse avec la révélation par Le Monde d’un contrôle inopiné refusé par Clémence Calvin. La meilleure marathonienne française, médaillée d’argent aux championnats d'Europe 2018, aurait pris la fuite au moment de l’apparition de deux contrôleurs de l’Agence Française de Lutte contre le Dopage (AFLD) lors de son stage au Marrakech, au Maroc. Elle y préparait le marathon de Paris, prévu le 18 avril, qu'elle devrait courir selon son avocat. La Fédération a publié un communiqué sur l’affaire ce vendredi.

La FFA découvre l'affaire

Dans un premier temps, la FFA, présidée par André Giraud depuis 2016, assure découvrir l’affaire en même temps que le public car "la lutte contre le dopage est assurée par l’AFLD" et que, conformément au principe du secret de l’instruction, elle "n’avait pas été alertée sur une éventuelle infraction de Clémence Calvin ni sur sur la possible ouverture d’une procédure disciplinaire à son encontre". Le plus haut organe de l’athlétisme français "se tient à l’entière disposition des services de l’AFLD".

>>> L'avocat dément le contrôlé évité (Exclu RMC Sport)

Rappel de la présomption d'innocence

Hors de question pour la fédération de lâcher Clémence Calvin pour le moment. Ainsi, elle "regrette la publication dans la presse d’informations qui, si elles étaient avérées, auraient dû demeurer confidentielles" et protège sa propre image en rappelant "que l’éthique et le respect font partie des valeurs prônées depuis toujours par la Fédération". Un refus de contrôle est équivalent à un contrôle positif, c’est-à-dire passible d’une suspension de quatre ans.

Joseph Ruiz