RMC Sport

Athlétisme: ce que l'on sait de l'incroyable agression de Wilfried Happio

Violemment agressé lors de son échauffement du 400m haies des championnats de France samedi à Caen, Wilfried Happio a été touché à l'oeil, ce qui ne l'a pas empêché de signer ensuite son record personnel. L'athlète a déposé plainte ce dimanche. Une histoire sentimentale pourrait être à l'origine de cette agression.

L'image en a étonné plus d'un. Lors des championnats de France d'athlétisme, organisés à Caen ce week-end, le sprinter Wilfried Happio est apparu l'oeil gauche recouvert par un pansement et caché par un bandeau. Cela ne l'a pas empêché de s'imposer sur 400m haies en 48"57, nouveau record personnel (49"01 jusque-là) et minima pour les Mondiaux d'Eugene remplis (48"90). Mais que s'est-il passé ? Selon les premières explications de son entraîneur, Olivier Vallaeys, le hurdler a été agressé sur le stade d'échauffement par un individu surgi "de nulle part" une vingtaine de minutes avant la finale du 400 m haies et frappé à l'oeil.

L'agresseur a rapidement été interpellé samedi par la police municipale, appelée par les services de la ville sur place, et remis à la police nationale. Selon nos informations, Wilfried Happio a déposé plainte ce dimanche. Le mis en cause, qui avait été relâché dans un premier temps, a donc été à nouveau interpellé ce jour pour violence avec incapacité temporaire de travail après ce dépôt de plainte. Selon l'AFP, un dirigeant de la FFA s'est rendu au commissariat de Caen dimanche matin pour porter plainte.

Une affaire portée devant la justice

La Fédération et la ville ont tout également annoncé samedi qu'elles porteraient l'affaire devant la justice. Selon nos informations, il pourrait s'agir d'un règlement de comptes sur fond d'"histoire de cœur". L'agresseur pourrait être le frère d'une connaissance de Happio. Le coureur de 400m haies va bien, mais a le visage tuméfié.

Après sa course, il a été envoyé aux urgences pour des examens complémentaires. En octobre 2020, il avait déjà été mêlé à une affaire extrasportive: il était passé devant l'organe disciplinaire de la FFA pour une altercation avec une autre athlète, avant d'être relaxé en décembre. Deux histoires qui ne sont pas liées, selon L'Équipe.

AS, avec Valentin Jamin à Caen